Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 septembre 2014 3 17 /09 /septembre /2014 13:05

Vas donc lire la partie 1 si tu veux espérer biter quelque chose au tableau. 

On peut établir un parallèle entre la difficulté de faire entendre une parole "noire" et la cristallisation de toutes les crispations agitant le "milieu": l'islam. Et par corollaire-musique anxyogène- le voile.

Je vais parler de mon expérience perso (ben oui c'est mon blog hein). Il faut, pour bien appréhender le truc, considérer que j'en ai STRICTEMENT RIEN A FOUTRE. Je l'ai déjà dit, je m'en tape des religions. Subsequemment, le voile, je m'en branle avec une canne à pêche au bord du lac en bas de chez moi, je m'en fous modèle géant, ça ne me regarde pas. Pour paraphraser Tanxxx d'amûr, "je ne défendrai jamais le voile mais ça me pose pas de problème particulier que ma voisine ait un foulard sur la tête" (1)

Eh bien figurez-vous que ça, cette affirmation, ce positionnement, c'est pas audible. Ni pour les gôchiss'-lévré-les-zanticléricaux, qui me taxent d'islamogauchisme et de complaisance envers les exactions mahométanes (2), ni pour les gôchiss' lévré-les ceusse qui déconstruisent à tour de bras toute forme de dominations, qui me taxent de racisme et d'islamophobie. Je suis donc, de par mon indifférence: islamogauchiste islamophobe. 

http://media.tumblr.com/tumblr_lzlnsloBRN1qzlvmi.gif

Si j'étais d'humeur taquine j'ajouterai que souvent, d'un côté comme de l'autre, ce sont des personnes blanches qui se permettent de me dire ce qui est raciste ou non, et comment je devrais "militer". Ben tiens

Donc, d'un côté: t'as pas le droit de parler d'islamophobie, ça n'existe pas. Alors que l'islamophobie obéit aux mêmes logiques que l'antisémitisme, à savoir la "racialisation" d'une confession. 

Lisez donc ça et ça

De l'autre: des anars autoproclamés viennent très sérieusement te dire qu'il y a une injonction à l'athéisme et que si t'es athée ben t'es islamophobe. Et vont incidemment relayer des infos de site douteux en laissant passer pépouze des trucs gerbants (sexisme, homophobie), parce que dire qu'un contenu est merdique, si ça vient d'un site confessionnel musu, c'est RACISTE et eux veulent surtout pas qu'on leur retire leurs médailles de plus antiraciste-des-antiracistes, tant pis si au passage ça en stigmatise certainEs. 

Ouais, non, j'en ai JUSTE RIEN A CARRER. Je taffe très sérieusement sur l'anticléricalisme du XIXe siècle. J'étudie les notions d'émancipation liées à la laïcité, telle qu'héritée de la révolution, à savoir le droit pour toutes d'exercer la religion de son choix. Je bosse aussi sur l'évangélisation en tant qu'outil colonial.

"Je parle de la religion chrétienne, et personne n'a le droit de s'en étonner. L'Eglise aux colonies est une Eglise de Blancs, une église d'étrangers. Elle n'appelle pas l'homme colonisé dans la voie de Dieu mais bien dans la voie du Blanc, dans la voie du maître, dans la voie de l'oppresseur. Et comme on le sait, dans cette histoire il y a beaucoup d'appelés et peu d'élus."

Frantz Fanon, Les Damnés de la Terre, p.45

 

Tout est affaire de contextualisation. Quand la religion devient oppressive, bien sûr qu'elle doit être combattue, tu veux une autre porte ouverte à enfoncer ou ça ira? 

Mais je dois être irrécupérablement niaise, parce que, j'ai beau essayer, je n'arrive pas à stigmatiser les femmes voilées. Ce qui fait de moi une horrible féministe.

Quand une femme me dit "je l'ai choisi", je suis stupide, je la crois. J'ai bossé avec des femmes voilées, j'ai des voisines voilées (au moins 3, l'angoisse, avouez que le prosélytisme ne connaît aucune limite), elles ne m'ont jamais emmerdées. Et quand je compare, j'en arrive à la désolante conclusion que les vieilles raclures fachos de mon immeuble, les flics, la proximité avec le FN mantevillois, me sont beaucoup plus nuisibles (concrètement nuisibles, j'en mesure les conséquences quotidiennement) que 4 meufs voilées qui se battent en duel. J'ai une ancienne copine de prépa (3) que j'ai retrouvée en master (elle repassait le master après l'obtention de son CAPES, merci la masterisation des concours) et qui depuis s'était voilée. Logiquement, elle aurait dû, selon les présupposés des opposantEs au voile, rester chez elle, se soumettre à un mari et ne plus poursuivre ses études. Eh non. Voilà, ne pas cracher systématiquement sur les femmes voilées, ça fait de moi une promotrice du voile. 

Mais je peux pas promouvoir quoique ce soit, vu que je suis pas musulmane. Je suis nulle en religions, je connais vaguement deux-trois-trucs, comme le hippie qui a ouvert la mer en deux pour marcher dessus et laisser passer le bateau avec les bestioles et le pépé et qui a foutu le camp aux pyramides avec des sauterelles. J'ai jamais ouvert un Livre saint de ma vie, à part The Killing Joke d'Alan Moore. Pourquoi vient-on me demander des comptes et un brevet de féminisme au regard de mes considérations théologiques inexistantes? 

A contrario, on ne m'a jamais emmerdée pour la croix que je porte (faut voir la gueule du machin aussi, entre deux ailes de chauve-souris tatouées, forcément ça se voit un peu que ça n'a aucune signification religieuse) (eventuellement une discrète allusion à mon allégence à l'Eglise de Batmanologie) 

Quand on dit à des meufs, d'un côté comme de l'autre: "tu n'acceptes pas le voile parce que tu es endoctrinée par la pensée dominante" (même quand elles sont musulmanes ou de culture musulmane, mais n'oublie jamais que les BlancHes non musu savent mieux que toi) ou "tu es voilée parce que tu es soumise et opprimée et tu te leurres en croyant que c'est ton choix",(qu'est-ce que je te disais?)  ça me fait penser aux gens qui me sortent que si je porte le nom de mon mari, c'est par soumission au patriarcat et que j'ai intériorisé la domination. Si je dis "je le fais par choix et je t'emmerde", et qu'on me dit "non non non", on dénie mon libre arbitre, mes capacités de réflexion et mon histoire personnelle, et ça fait chier aux entournures. Alors je vais pas faire la même chose à d'autres. C'est tout. 

Ce que je trouve particulièrement incohérent, c'est la violence envers des femmes musulmanes, voilées ou non (même si les voilées font l'objet d'encore plus de violences) Quand on se dit féministe, ou du moins que l'on défend les femmes, toutes les femmes doivent être défendues. Dans la réalité: on dénie aux femmes musulmanes la possibilité d'être féministes. (+ à lire)

http://s3-ec.buzzfed.com/static/2014-08/18/11/enhanced/webdr05/enhanced-buzz-wide-30171-1408376023-9.jpg

source (Barcelona, Spain, 2014: Women with “I am a free woman” and “Feminists are diverse” banners at a protest against the Spanish government’s plans to reform abortion laws.)

Dans les faits, il est par exemple très difficile d'avorter en Italie à cause des médecins cathos, mais là ça passe crème parce que seulEs les musulmanEs s'opposent farouchement aux droits des femmes comme de bien entendu. (4)

Des gens vont balancer des trucs odieux, du style "certaines font exprès de se voiler pour pas travailler", alors qu'ils sont syndicalistes: certainEs font grève pour pas bosser alors? Faudrait savoir, ces femmes sont soumises et refusent de s'émanciper (genre, le travail comme émancipation, youpi) mais quand elles veulent exercer un métier, on le leur interdit. La logique m'échappe, pardon. Des "anars" vont déplorer que les flics n'arrêtent pas de femmes en burqa ou voilées. (et les femmes en burqa faut d'abord les trouver, c'est un micro-phénomène) Des "antiracistes" vont se méfier des arabes (ben oui c'est bien connu, arabe=musulman et musulman=intégriste) qui voudraient intégrer les luttes, parce que forcément, elles et ils sont sexistes et homophobes. Paradoxalement, combien sommes-nous à être baptiséEs (on ne m'a pas demandé mon avis)? Et on ne nous a jamais virés pour ça, ou demandé d'abjurer. 

Je n'ai pas de réponse toute faite. En revanche, je n'aime pas bien qu'on vienne m'agresser en mode "tu parles à des femmes voilées? Tu condamnes pas le voile? T'es pour? T'es contre? T'aimes pas les musulmanEs? T'en penses quoi? Tu soutiens le PIR? T'es raciste antiblanc alors? Tu les soutiens pas? T'es islamophobe?" avec des airs d'Inquisition Espagnole. 

http://33.media.tumblr.com/6c933edb44b7ffb4e54bd7cf00ef04d8/tumblr_mu1kwrrBku1rvner1o1_250.gif

 

Demerdez-vous avec ça. 

 

N'allez pas croire que c'est mieux d'un côté ou de l'autre. En tant que femme métisse,(j'utilise ce terme à dessein, j'y reviendrai) là je peux parler en connaissance de cause, et je peux vous dire que c'est loin d'être de tout repos. Parce qu'à bien y regarder, les plus-antiracistes-des-antiracistes-intersectionnels-and-co qui déconstruisent mieux que tout le monde (c'est super de déconstruire, encore faudrait-il se remettre en question de temps en temps) reproduisent des shémas oppressifs. 

Sur l'islam-léfâmes-voilées et le racisme, ceux qui s'expriment en majorité sont des hommes blancs. Même s'ils le font bien et qu'ils profitent de l'espace de parole qu'on leur donne plus facilement (Tevanian, Fontenelle, Rancière, pour ne citer qu'eux) (5), ils perpétuent la logique qui veut que la parole des oppriméEs soit constamment filtrée. Bien sûr point n'est besoin de subir directement une oppression pour y être sensible, (heureusement) mais pendant ce temps, on ne laisse que sporadiquement la parole aux concernéEs. 

Sur d'autres questions (convergence coucou) on lit des choses hallucinantes: des femmes qui t'expliquent doctement que "léfâmes hétéro qui ont choisi de le rester"(sic) n'ont rien à foutre dans la lutte, parce qu'elles voudront s'engager dans des relations romantiques et/ou sexuelles avec les hommes, et se laisseront alors traiter comme des serpillères à merde et seront complaisantes envers le sexisme, je sais pas toi, perso je facepalm. Des gens voulant dénoncer le racisme, le sexisme et l'homophobie et qui réussissent l'exploit en le faisant d'être sexistes, racistes et transphobes, je...non, rien. 

http://38.media.tumblr.com/97a38f12a72f2f089e55e3cbf564f0cf/tumblr_mt98xqP9Ux1qgb5p1o1_500.gif

 Des gens promptEs à balancer des TW (6) qui tiennent sans sourciller des propos ultra-violents en appelant par exemple les métisses des "enfants de la honte", (tout en se prétendant le plus zantifa dé zantifas), ou qui appellent le métissage un "douloureux problème" (pardon d'être un douloureux problème, j'avais déjà à m'excuser de tuer l'identité raciale blanche par ma simple existence, désolée en plus d'ajouter à mon forfait la nuisance caractérisée à la lutte antiraciste)...des gens fort bien intentionnés qui crachent sur mon identité en considérant que je suis plus acceptée par les blancHes (lol. Non.) donc que je ne fais pas partie de la lutte; pour moi ça revient au même que les gens qui veulent me réduire au statut de quota ou ceusse qui refusent que je me revendique en tant que femme noire au prétexte que je dévie la lutte de son chemin sacré. 

Et puis y'a les championNEs, ces BlancHes qui ont bien admis les inégalités (pas comme le gros beauf de base) et qui ne veulent surtout pas qu'on leur dise qu'elles/ils sont blancHes. Et qui ont trouvé la solution pour continuer de parler à notre place: affirmer, qu'elles/ils ne sont pas blancHes. Quand bien mêmes elles/ils bénéficient des privilèges liés à un statut social blanc (c'est-à-dire pas se faire contrôler tous les 4 matins au faciès, discriminer à l'emploi, au logement, etc)  Ce sont souvent les mêmes qui nous comptent scrupuleusement dans les manifs/rassemblements/etc, déplorant le manque de diversité-t'as pas d'identité individuelle, t'es leur "frère/soeur de banlieue/noirE/musu,", t'es là pour faire nombre mais t'avise pas de l'ouvrir ou tu vas te faire salement rembarrer.

Ajoute la banlieue c'est +10 points. Lachez-nous un peu. Vous ne venez jamais en banlieue, vous ne parlez pas depuis la banlieue (la "vraie" s'entend, de l'autre côté du périph') vos discours paternalistes nous emmerdent, ils ne servent qu'à asseoir votre street cred', pour continuer à exercer votre droit de la ramener à la place des concernéEs. Ajoutons également que ces gens ne traitent pas ou très peu des problématiques LGBTQI. Ils se posent en éducateurs éclairés des jeunes sauvageons, c'est tout. Ce qui est...classiste et raciste. Bravo les champions. 

Et ne parlons pas des Vegans,  qui vont tenir des propos super violents dès qu'on parle racisme. (7) J'ai vu des Vegans sur FB espérer tranquillement, sous un article parlant d'une tribu vivant exclusivement de la chasse (au cerf), qu'un jour un cerf tue un mec pour "équilibrer". Ben oui, des non-blancs déjà pas bien lotis et précaires, ça mérite de crever.

Lire aussi ça, ça et ça.  

J'ai beaucoup de mal à accepter que de gentilLEs Vegans blancHes affirment qu'on devrait pas se formaliser quand on nous traite d'animaux, parce que c'est spéciste de coller une connotation négative aux animaux. Désolée, j'ai pas envie de me faire traiter de guenon, j'ai pas envie d'être animalisée en tant que "gazelle" ou "panthère" du simple fait de ma couleur de peau. Et quand tu pointes ça, ça rate pas, unE Vegan te tombe dessus et t'accuses de remettre en cause la légitimité de la défense animale (Mais d'où bordel?) 

"Parfois ce manichéisme va jusqu'au bout de sa logique et déshumanise le colonisé. A proprement parler, il l'animalise. Et, de fait, le langage du colon, quand il parle du colonisé, est un langage zoologique. [...] Le colon, quand il veut bien décrire et trouver le mot juste, se réfère constamment au bestiaire."

Frantz Fanon, Ibid. 

J'en ai marre de devoir faire des sourires, des ronds de jambe et des tours de cul pour ménager tout le monde, quand clairement une bonne partie du "milieu" me chie dessus avec les meilleures intentions. J'en ai marre qu'on reproduise exactement ce que l'on est senséEs dénoncer

J'en ai marre qu'on me dise "ben laisse tomber". C'est ça la solution, si ton thermomètre a des ratés, change de cul. Tout concorde à me réduire au silence si je ne fais pas exactement ce que l'on attend de moi: être une gentille racisée-mais-pas-trop, ou être la racisée-de-service-caution-quota.

Y'a pas à dire, c'est réjouissant. 





 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(1) je retrouve pas le texte en question: une bonne occaz de relire intégralement son blog. <3 

(2) Non mais sans déconner, quand Soeur Caroline Fourest vient sur LCP pour demander très sérieusement si y'a pas trop d'immigréEs (propageant l'islam comme de bien entendu, vu que TOUS les zimmigrés basanés sont des islamofascistes en puissance tout le monde le sait) ça pose un peu question, non? 

(3) Ironie du sort, dans ma prépa ça avait bien chié rapport aux lois sur les signes religieux ostensibles. 

(4) On pourrait aussi parler de la filiation catho du socialisme (le socialisme utopique par exemple, démonté par Marx, cf La Sainte Famille), mais les cathos de gauche, personne ne leur fait passer d'interrogatoires ou ne les vire des manifs. 

(5) Lisez La Nuit des Prolétaires, archives du rêve ouvrier de J. Rancière. C'est génial. 

(6) "Trigger Warning", une alerte précisant les contenus pouvant heurter les sensibilités (viol, violences, racisme etc) 

(7) Je parle ici des gens qui a priori se sentent en phase avec l'intersectionnalité.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ficus
commenter cet article

commentaires

Joneskind 21/09/2014 01:24

Ficusphere "De l'importance de balayer devant sa porte"

Putain mais qu'est-ce que j'te comprends !
Je pense simplement qu'il manque quelques dimensions dans l'hémicycle. Que gauche ou droite ne veut absolument plus rien dire. Y a tellement de curseurs à la connerie qu'on ne peut pas s'arrêter
là. D'ailleurs je crois que je ne sais même plus ce que ça veut dire être de droite ou être de gauche, ce qui différencie l'un et l'autre. La seule chose que je vois c'est 2 mondes qui se méprisent
sans trop savoir pourquoi.
En fait, c'est qui le con qui un jour à décidé qu'on devait être soit de droite soit de gauche ? Est-ce qu'on peut être de gauche et raciste ? De droite et féministe ? D'extrême-droite et musulman
? D'extrême-gauche et chrétien ? Centriste et athée ?
J'y comprends plus rien.
À Calais c'est cette connasse de Bouchard qui a fini par demander une structure d'accueil pour les migrants (ça fait juste quinze ans qu'on le demande) et c'est cet abruti de Cazeneuve qui a
refusé.
On fait comment dans ces conditions pour se positionner ?
Et le pire c'est que j'ai pas l'impression que les frontières soient beaucoup plus claires entre les extrêmes. Tu retrouves les mêmes abrutiEs avec les mêmes idées arrêtées sur le féminisme, les
religions, la sexualité, la drogue, etc etc...

J'y comprends plus rien.

Je crois qu'il est temps de dissoudre les partis politiques et d'en finir avec les étiquettes.