Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mai 2014 4 29 /05 /mai /2014 15:48

Non, tu ne rêves pas: après tout, les male tears abondent, en grosse quantité, dès qu'il s'agit de sexisme. Plus exactement, quand on pointe le sexisme de nos gros doigts velus et vindicatifs de féminiss'misandres-haineuses-et-mal-tringlées. Autant faire avec. Le temps qu'on passe à éponger leurs chouineries, à les rassurer, à essuyer la morve virtuelle qu'ils viennent répandre sur les blogs/sites/tumblrs féminiss', on ne le passe pas à lutter, à s'organiser, à réfléchir, à lire le tome final de Grant Morrison présente Batman, on perd à la fois temps et patience, donc laissons couler cette fontaine lacrymale intarrissable.

http://25.media.tumblr.com/7972a9dfad46dd981f3b41f2dbea0542/tumblr_mlzulxIfQi1rl6c79o1_400.gif

Ce qui est assez cocasse (ou désolant) c'est qu'on nous accuse, nous les zaffreuses-sales-et-méchantes misandres de faire sciemment du mal aux hommes, quand on mets les pieds dans le plat. (trad: parler de sexisme)

 Sauf que nous, on en ressort avec les chaussettes mouillées et une bonne migraine (à force de répéter les mêmes choses sans fin), dans le pire des cas. Et les hommes-malheureux-persécutés continuent de geindre, les arpions bien au sec.

A l'inverse, lorsque les misogynes, quand eux aussi se décident à mettre les pieds dans le plat, (et à agir contre toutes ces salopes qui leur pourrissent la vie, féministes ou non) dans le meilleur des cas, ça se traduit par des insultes et des initiatives moisies (du type groupuscules masculinistes-ou, comme j'aime à les appeler, l'amicale des trépanés), dans le pire, par du sang sur les chaussures.

 

 Le 24 mai dernier, un homme de 22 ans a ouvert le feu sur un campus, tuant 6 personnes et en blessant 13 autres, avant de retourner son arme contre lui. La particularité de cette tuerie: la motivation misogyne du passage à l'acte.

Dans un premier temps: tout le monde ou presque s'en fout.

Dans un deuxième: on traite l'affaire en le dédouanant plus ou moins frontalement.

Lire aussi: Portrait du tueur en mec normal

Dans un troisième: tsunami de male-tears.

http://37.media.tumblr.com/eb06aa4923b5cb57b22f372236efd3ec/tumblr_mvmz2rwts01rmgso1o1_400.gif

Résumons un peu: le gars a clairement pondu un manifeste de 140 pages où il dégueule sa haine des femmes. Il se filme déblatérant et annonçant son passage à l'acte, en mentionnant tout aussi clairement sa volonté de vengeance envers les femmes qui ne veulent pas de lui. Il ouvre le feu, tue 4 hommes et 2 femmes, blesse 13 autres personnes, se suicide.

Et il se trouve des hommes pour chouiner et même "le comprendre".

http://www.teen.com/wp-content/uploads/2014/02/only-new-yorkers-would-understand-8.gif

Fig.1: réaction d'hommes qui s'empressent de lancer la machine du "pas tous les hommes", "on est pas tous comme ça". Ce à quoi les femmes ont répondu.

C'est marrant ce truc récurrent, dès qu'on parle de sexisme et de misogynie, de nous rappeler bien fort que "non non non vous, vous êtes pas comme ça". Qu'il ne faut pas mettre tous les hommes dans le même panier. Pourtant, ces mêmes personnes ne s'embarassent pas de tels scrupules quand il s'agit de parler de léfâmes, ce bloc homogène. 

De même, quand un meurtre de masse/attentat/crime/autre n'est pas commis par un non-blanc (1) on isole son cas en plaidant la folie, la maladie mentale ou toute autre raison. Un fanatique comme Breivic motivé par des revendications politiques (qu'il partage avec bon nombres de personnes)  n'a pas porté préjudice aux hommes blancs. Un mec non-blanc (vous avez remarqué comme souvent ce sont des hommes?) ou d'origine étrangère comme celui du marathon de Boston ou Mohammed Merah, on en fait les porte-étendards de hordes étrangères terroristes musulmanoïdes radicales dont la relève attend tapie dans l'ombre de fondre sur l'Occident. Et on demande à toutE musulmanE qu'on a sous la main de désavouer bien haut et bien fort les actes de ces gens-sinon c'est suspect. Quand Emile Louis ou Francis Heaulme ont été arrêtés, personne n'a demandé à tous les hommes blancs de leur âge de confirmer bien haut et bien fort leur désapprobation et de condamner fermement leurs agissements. On a pas eu droit à des discours gerbants sur le thème du "encore un homme blanc, comme par hasard".

Revenons plus spécifiquement aux male-tears.

Non non hein, on sait bien que toi, là, t'es pas comme ça. Mais si tu ressens le besoin de le préciser, c'est peut-être parce que c'est un comportement fort répandu. Non les hommes ne sont pas tous dangereux. La roulette russe non plus, après tout y'a qu'une seule chambre avec une balle logée dedans. Suffit de faire attention, c'est tout. Facile. C'est pas comme si les comportements agressifs et violents, même à des degrés moindres, étaient hyper-répandus.

C'est là qu'intervient la Fig.2: la maladie mentale.

 Je suis pas la personne la plus calée du monde en psychiatrie, ni en maladie mentale.  Logiquement, je ferme donc ma gueule et je laisse parler celles et ceux qui savent. J'ai lu Hamlet et Eloge de la Folie, c'est pas pour autant que je me pose en toc-tocologue éclairée. A la lecture des diverses réactions suite à la tuerie du 24, je pense que je devrais m'y mettre: "le mec est fou, la preuve il est passé à l'acte, il avait ceci, il avait cela, on peut pas le taxer de misogynie, gna gna gna".

L'un n'empêche pas l'autre: un misogyne """fou""" est d'autant plus dangereux puisqu'il passera à l'acte, justement. Ce qui le distingue du misogyne """""sain d'esprit""""". Ca n'enlève rien à la motivation misogyne de son acte. E.Rodger haïssait explicitement les femmes, il s'est cassé le fion à expliquer en long en large et en travers POURQUOI il les haïssait, il a explicitement dit qu'il allait les punir: son acte est dirigé contre les femmes, POINT. Venir chialer en mode "bouhouhou c'que vous êtes vilaines avec un homme souffrant manifestement de troubles mentaux, vous stigmatisez les malades mentaux s'pas bien", c'est DEBILE. Les familles des victimes doivent être outragées de la stigmatisation subie par le tueur, c'est sûr.

Fig 3: misandriiiiiiiiie!

http://37.media.tumblr.com/048ee51fc968e132d51c2535db0583ed/tumblr_n0tbhjifE11rl6c79o1_400.gif

M'explique.

Le commentateur basique subitement expert (appelons-le Jean-Neuneu) a un argument infaillible pour dénoncer la manipulation et la récupération odieuses des non moins odieuses féminazies: il a tué des hommes AUSSI, vous n'en parlez pas par mauvaise foi et/ou parce que pour vous les hommes ne comptent pas. Selon Jean-Neuneu, les féminiss' se sont réunies dans leur caveau encore sanglant de testicules arrachés pour se frotter les mains et faire des " YOUPI YOUPI une tuerie perpétrée par un homme, nous allons pouvoir encore leur cracher dessus MOUHAHAHAHA, sacrifions un bébé mâle à C'thullucette pour bien montrer à quel point on est jouasses!" N'allez pas croire que Jean-Neuneu est subitement très concerné par le traitement médiatique de la maladie mentale et les victimes: il s'en branle comme de son premier slip. Ce que veut Jean-Neuneu, c'est la déqualification d'un crime misogyne, parce que Jean-Neuneu, qui bien souvent gueule avec les autres qu'il n'est pas comme ça, se sent, comme tous les autres, personnellement attaqué dès que l'on parle de misogynie. (d'où son besoin de gueuler qu'il est pas comme ça, et son besoin de dire que NON, un mec qui pond un manifeste anti-femmes et explique que c'est rien que des fieffées salopes et qu'elles vont payer pour ça, on ne peut décemment pas dire qu'il hait les femmes. La logique échappe à Jean-Neuneu)

Une bonne fois pour toutes: que TOI, là, tu ne sois pas comme ça, on s'en fout. On te connait pas, on va pas te filer un cookie et une médaille pour avoir un comportement décent et ne pas avoiner des gens tous les 4 matins. Ce qui pose problème, c'est qu'il y en ait des comme ça. C'est de ceux-là dont on parle puisque ce sont eux qui nous font chier (et nous mettent en danger, et parfois tuent.) Si tu te sens personnellement attaqué, pose-toi les bonnes questions. Et le temps que tu perds à geindre, utilise-le pour réfléchir. Je sais, c'est beaucoup demander.

 

A ce stade, vous pensez sûrement que Jean-Neuneu & co vont effectivement cesser de nous concasser les ovaires, désormais en possessions de faits et de réflexions frappées au coin du bon sens. (je m'auto-félicite pour mon bon sens, j'en ai bien le droit) Ce que vous êtes naïf-ves.

Jean-Neuneu fait preuve de compassion et d'empathie, car voyez-vous, ok oui bon certes je vous l'accorde (Jean-Neuneu est plein de mansuétude) s'pas bien de tirer dans le tas et de tuer jusqu'à ce que mort s'ensuive entraînant un fâcheux décès. (le décès c'est fâcheux, Jean-Neuneu l'admet, la preuve, des hommes sont morts et ça c'est triste, mais ça hein, vous omettez de le préciser, sales misandres aux aisselles broussailleuses) MAIS, NONOBSTANT, NEANMOINS (et là je vous conseille d'enfiler des bottes en caoutchouc et un ciré parce que la tempête de male-tears fonce droit sur vous) faut le comprendre, ce pauvre homme.

http://31.media.tumblr.com/2a2534257e41974ade3b6fef64391e94/tumblr_mfz637h6pQ1reuoiqo1_500.gif

 Ben oui, il était malheureux (sans blague). Pourquoi était-il malheureux? A CAUSE DES MEUFS. Léfâme, ce fléau, était à l'origine de tous ses problèmes: puceau à 22 ans? La faute à ces roulures. Aucune ne voulait de lui? Toutes des putes superficielles qui sautent sur des connards qui les maltraitent au lieu de sortir avec des mecs biens.

Evidemment, ça n'a pas effleuré l'esprit de Jean-Neuneu que la cause de tous les malheurs de cet homme, c'était-tadaaaaa-le patriarcat. Anéfé, c'est bien le patriarcat qui:

impose l'idée selon laquelle être encore puceau à l'âge vénérable de 22 ans est MAL.

Dicte aux hommes (les vrais, les hétéros) d'avoir des lâfames, si possible beaucoup, si possible des bonnes selon des critères bien crades et décrète que ceux qui n'ont pas plein de lâfames conformes aux normes édictées par ce même patriarcat sont des ratés.

Les enjoint à la virilité.

Les hommes sont aussi victimes du patriarcat, mais MOINS que les femmes. D'où leur volonté farouche de préserver un système qui les oppriment AUSSI, mais leur fait miroiter une hypothétique place au soleil: vous êtes un homme, sortez-vous les doigts, faites comme ci comme ça et ça roulera pour vous. Oui parce que c'est pas vous le problème, ce sont les lâfâmes, ça tombe bien, des spécialiste en femellogie ont décortiqué pour vous le fonctionnement de ces créatures, qui sont comme chacun le sait TOUTES LES MEMES.

Selon Slate, E.Rodger était un afficionado de PUAHATE.com, le service après-vente des sites de PUA (Pick Up Artist, y'a un lien dans l'article) où se retrouvent si j'ai bien compris les ceusses qui sont colère rapport à l'inefficacité de ces "méthodes" (sans déconner) Les communautés de PUA se sont vites dédouannées en affirmant que justement, elles existaient pour éviter ce genre de drame et aider de pôvres hommes exclus du marché de la drague. Ne riez pas, ils doivent en être réellement persuadés. (2)

Bref. Je ne reviendrai pas sur l'incohérence des propos (bien mise en exergue dans le texte de Denis Colombi linké plus haut), en revanche je vais en rajouter une couche sur les Nice Guy.

Reprenons en guise d'exemple Jean-Neuneu (il vous aurait presque manqué, avouez)

Jean-Neuneu pense qu'il est un exclu du "marché" de la gaudriole. Jean-Neuneu, en bon petit produit du patriarcat qu'il n'a jamais remis en question, pense que son pénis lui donne droit d'office à du sexe et/ou à de l'amour ou même les deux.

Jean-Neuneu est gentil, parce que sa mère, une redoutable infiltrée du GRAND COMPLOT FEMINAZI, a fait de lui une lavette et a mis sous clé ses testicules le jour où elle lui a appris qu'il fallait être gentil avec les femmes. De fait Jean-Neuneu est gentil avec les femmes parce qu'il se dit que si il est gentil, il aura légitimement le droit de mettre son frifri dans un ou plusieurs frafras.

Jean-Neuneu idéalise dans un premier temps les lâfâmes et les fout sur un piedestal (ces créatures merveilleuses qui donnent la vie TOUTES SANS EXCEPTION et sans qui tu crèverais de faim vu qu'elles te font à manger et qui ramassent tes chaussettes même si c'est leur rôle mais bon quand même c'est chouettos, et qui sont toutes des princesses qui ne font pas caca et qu'on va délivrer et qui nous seront éternellement reconnaissantes. Oui Jean-Neuneu a du mal avec la ponctuation et utilise beaucoup trop de pronoms relatifs, aussi)

L'ennui, quand tu colles quelqu'un sur un piedestal, c'est que le jour où il/elle en tombe, ça fait mal. A tout le monde.

Jean-Neuneu un beau jour craque sur Josiane. Il ne lui avoue SURTOUT pas ses sentiments: logique, Jean-Neuneu SAIT qu'il va se faire jeter s'il fait des avances à Josiane, à Ursule ou à Madame Michu, il n'a pas l'assurance de ces mecs qu'il taxe de connards mais qu'il envie avec force fiel et moult bave (Jean-Neuneu est sujet aux ulcères). Donc Jean-Neuneu décide de devenir ami avec Josiane, et le reste suivra tout seul. Josiane va lâcher Gros-Con, et s'apercevoir que Jean-Neuneu est son âme soeur. Et pour remercier Jean-Neuneu de toute cette gentillesse dont il a fait preuve jusqu'à maintenant, elle l'invitera cordialement dans sa culotte.

Malheureusement, Josiane n'est pas télépathe. Elle ne sait pas que Jean-Neuneu, qui, rappellons-le, ne se déclare pas, a envie de la bricoler/est fou amoureux d'elle. Josiane continue donc sa petite vie avec Gros-Con (elle couche avec lui, c'est FORCEMENT un gros con qui la maltraite) et Jean-Neuneu se morfond. Ben oui, Josiane croit avoir affaire à un ami. Et la sentance tombe pour Jean-Neuneu, la bombe à neutrons des Nice Guy: il s'est fait méchamment friendzoner.

Jean-Neuneu est chonchon: c'est vrai quoi, il a tout fait pour être ami avec Josiane (amitié non-désintéressée de surcroît, la classe à Végas) et cette dinde le voit comme un ami. Y'a de quoi se les arracher et se les mordre, si elles n'étaient pas déjà écrabouillées sous les talons aiguille de cette ingrate greluche.

Jean-Neuneu se secoue, et décide queçapeupudurer. Il se rencarde sur les sites de PUA, qui lui apprennent de bien belles choses:

les femmes aiment les connards.

Les femmes cherchent un mâle alpha pour se reproduire, c'est dans leurs gènes.

Le consentement des femmes, on s'en fout.

Jean-Neuneu décide de devenir un connard, comme ça lui aussi il pourra serrer plein de meufs.

Mais attention, pas n'importe lesquelles.

Oui, Jean-Neuneu déplore la superficialité de ces grognasses, qui ne s'intéressent qu'au physique avantageux.

Jean-Neuneu en a ras le bonnet des films qui mettent en scène des mecs physiquement "pas terribles" ou du moins, éloignés des critères habituels, et qui arrivent à se faire la jolie fille grâce à leurs qualités humaines.(3) Il sait bien que c'est tout des conneries, dans la vraie vie, ça marche pas. Sinon les jolies filles se rueraient sur lui, et ça se bouscule pas au portillon, là. Menterie, remboursez.

Pourtant, Jean-Neuneu convoite uniquement des lâfâmes correspondant aux critères de beauté actuels. Si un gros tromblon venait voir Jean-Neuneu et lui demandait de sortir avec elle, Jean-Neuneu l'enverrait promener au profit de la plus bonne de la plus bonne de tes copines, une vraie biatch des magazines. Sauf que Tromblon, elle, va essayer de changer pour Jean-Neuneu, se persuader que le problème vient d'elle, et ne va certainement pas se pointer dans une fac et tirer sur tous les Jean-Neuneu pour les punir de ne pas avoir voulu d'elle.

Variante: Le Jean-Neuneu-Geek. Cette version est persuadée que les bonnes meufs ne peuvent pas partager ses centres d'intérêts (trop subtils pour elles, si elle est belle, elle peut pas être assez intelligente pour être geek(4)) et que seules les mochetés sont de "vraies" geeks. Mais ça ne leur pose pas de problème de taxer les femmes de superficialité.

Cette situation est fort bien illustrée dans une scène de The Social Network.

En somme, Jean-Neuneu est intimement persuadé que toutes les lâfâmes ne veulent pas de lui parce que celles qu'il convoitent ne veulent pas de lui. Il ignore les lâfâmes qui peut-être veulent de lui, car pour lui, ce ne sont pas des lâfâmes telles qu'il les conçoit.

Après avoir chougné chez et sur les féminiss' (c'est pas cher et ça détend) Jean-Neuneu va se chercher des excuses pour justifier son comportement machiste.

Il va alors se poser en victime. Et c'est ici qu'intervient le Houellbecquisme. Situons zun peu voulez-vous.

Houellbecq est un bon écrivain comme moi je m'appelle Huguette. S'il se contentait d'écrire avec ses pieds, ce ne serait rien, mais il est raciste et sexiste en prime. Malheureusement, son torchon Extension du domaine de la lutte est considéré comme le manifeste des exclus du marché du cul avec ou sans sentiments. Pondez un titre pompeux et partez d'une évidence (la société est pourrie-la preuve, elle consacre des gens comme Houellbecq-tiens, voilà une autre porte ouverte si tu veux l'enfoncer) et alignez des poncifs et arguments qui schlinguent plus qu'une tarte à la merde oubliée dans un micro-onde à conneries.

Effectivement la société exclut. Tout le temps, sur le plan économique, racial, sexuel. Pour tout. Virginie Despentes l'explique très bien dans KKT, en parlant des grosses, des moches, des tarées, des "exclues du marché de la bonne meuf." Elle explique également que cette exclusion est une conséquence directe du patriarcat et pourquoi il faut le combattre. (Surtout que celles qui font partie du marché de la bonne meuf seront également victimes de violences machistes à des degrés divers.)

Sur Chronik d'un Nègre Inverti, le texte en 3 parties J'emmerde votre liberté explique (très bien) aussi ces phénomènes d'exclusion, reproduits inconsciemment dans les milieux sensés déconstruire ce système.   

Rien de tel chez l'autre débile et ses adeptes. Eux ne remettent pas en question le système permettant ces exclusions, ils se contentent de chouiner "j'en ai marre de pas avoir droit au bonheur parce que je suis moche/pauvre/autre, léfâmes sont de vraies salopes et me doivent du sexe à moi aussi." Ils ne font que reproduire un shéma hétéronormé phallocrate: contrairement aux deux exemples précités, ils ne sont pas en colère contre le système, il ne le remettent pas du tout en cause. Ils sont en colère parce qu'ils restent à la porte du monde merveilleux des mâles dominants. Dès qu'ils y accèdent, ils s'en foutent des inégalités, de quelque nature que ce soit. Et ils sont d'autant plus chafouins qu'ils pensent légitimement y avoir droit de par leur statut de mâle. Ils ne questionnent nullement l'injonction permanente au bonheur, et pourquoi ce bonheur doit obligatoirement passer par la relation amoureuse (hétéro)

 

Des Jean-Neuneu ont affirmé sans honte que si les filles avaient fait un petit effort, elles auraient pu apprécier un mec (qui n'allait jamais vers elle vu qu'il disait que de toutes façons elles le jetteraient) qui les considéraient comme des "salopes coincées" (avec un sens certain de l'oxymore) et qu'elles n'en seraient pas là. Et par là, on doit comprendre "mortes".

 

Jean-Neuneu ne va pas obligatoirement s'acheter un automatique et cartonner des femmes. Jean-Neuneu se contentera de baver des inepties, de se plaindre encore et encore, de ressasser sa haine des femmes sans admettre qu'il hait les femmes, bref Jean-Neuneu va tranquillement maintenir le patriarcat, le machisme, la misogynie bien au chaud. Et il trouvera que finalement, un mec qui ouvre le feu devant une sororité, même si c'est triste, les femmes l'ont bien cherché quand même.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Note de service: L'un des arguments (frelatés) des producteurs de chouine est le suivant: "vous dites qu'il faut déconstruire la virilité et les injonctions, mais vous stigmatisez les hommes qui pleurent."

Non. On ne stigmatise pas les hommes qui n'ont pas peur de pleurer (vivant moi-même avec une créature qui pleure devant des dessins animés, devant West Side Story alors qu'il l'a vu 541 fois, devant des films avec des animaux qui meurent et devant les play-offs de la NBA dès que Lebron James se casse un ongle,  je suis mal placée pour le faire), de ne pas se comporter en "bonhomme". Ce que l'on fustige, ce sont les ouin-ouin perpétuels (marche aussi avec les white-tears) des dominants qui veulent tirer la couverture à eux et sentent personnellement visés comme si le monde tournait autour de leur petit nombril.

 

(1) Apparament E.Rodger était d'origine asiatique, mais identifié comme blanc, notamment par son nom et son statut social. Ce qui tue l'argument "il a fait ça parce qu'il était blasé-euphémisme-de la représentation raciste et sexiste des hommes asiatiques". Lui-même ne se prive pas sur le plan racisme, puisque son manifeste contient des lignes concernant ces femmes blanches qui préfèrent sortir avec des Noirs. (sic)

(2) Je ne linkerai pas de sites de PUA, je suis pas équipée pour fouiller dans le sanibroyeur de l'internet.

(3) Encore une fausse équivalence: les femmes au physique non-conforme ne se tapent jamais les beaux-gosses à moins de changer. Au final c'est plutôt avantageux pour les hommes. Encore.

(4) Vais sûrement (si je trouve le temps) faire un article plus ciblé sur ce que Lau et moi-même nommons Le Paradoxe Geek.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ficus
commenter cet article

commentaires