Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 avril 2014 1 28 /04 /avril /2014 14:22

Je n'ai pas la prétention d'amener de nouveaux éléments ou des solutions-miracles. Juste partager les quelques questionnements qui me taraudent (j'suis très taraudée comme meuf) à ce sujet. Pardonnez d'avance le côté bordélique de la chose.

Déjà, y'a un truc qui m'intrigue, c'est la négation du harcèlement de rue.

Pourquoi, quand on rentre choquée/bouleversée/énervée, qu'on chie des spaghettis pendant 3 jours tellement on a serré les fesses, on nous dit qu'on prend tout ça trop à coeur et que ce n'est pas si horrible et puis ça va, t'en es pas morte. Parce qu'il faut au moins 12 jours d'ITT et des dents en moins pour qu'on prenne en compte une agression, sinon c'est juste de la drague certes lourdingue m'enfin c'est pas bien méchant, et pis-on-en-meurt-pas et-pis-tu-devrais-être-flattée.

Ben non, quand à 12 ans un vieux d'au moins 40 (à 12 ans, tout ce qui a plus de 20 ans est cacochyme) m'a dit "t'es belle" dans la rue en me souriant avec une gueule de pervers, ça m'a énervée et effrayée. Je ne voulais pas que LUI me trouve belle. Je ne voulais pas qu'il me donne son avis déjà, mais surtout je ne voulais pas être une "proie potentielle". Mais bon c'était de ma faute hein, j'avais un short (oui l'été à la plage ça arrive) et à 12 ans j'en paraissais AU MOINS 12 ET DEMI(1), y'a tromperie sur la marchandise. (Non mais sans rire à 12 piges je ressemblais à une mante religieuse avec de l'acnée sur la gueule et je portais des t-shirts trop grands pour camoufler le plus possible des formes imaginaires-ben oui malgré mes côtes apparentes j'étais persuadée d'être grosse, merci les névroses des parents débiles) (preuve s'il en fallait qu'un mec qui voit UNE FEMME quand il y a une ENFANT sous son nez a un problème)

http://img2.wikia.nocookie.net/__cb20130617053335/thehungergames/images/9/96/Eww.gifLa première fois que j'ai été confrontée à du harcèlement de rue.

Quand un mec se touche devant moi, quand on me traite de salope, quand on me suit en insistant, quand on m'emmerde systématiquement, ça fait ce que c'est sensé faire: m'emmerder. Et pas autre chose.

Quand je trainais à Londres et à Amsterdam, je prenais des vacances de harcèlement de rue. Dans le vieux pub irlandais au fin fond d'Hendon où on avait nos habitudes avec ma meilleure pote, un vieux nous a offert des verres sans venir nous parler. Comme ça, gratos, juste parce qu'il nous trouvait rigolotes (ou qu'il s'imaginait que les deux frenchies bourrées qui chantaient tataaaaaaaa yoyooooooo faisaient un petit spectacle, c'est une éventualité) Comme quoi, c'est POSSIBLE.

http://s2.quickmeme.com/img/f6/f69ba06afc4dfae9880c81e27eb95f705f40bd6a906f8dcd727b8ba9aa7ef8b6.jpg

Et même à Madrid-parce qu'il paraît que c'est "un comportement latin" (sic), je n'ai pas été emmerdée une seule fois, alors que j'étais en short ou en robe tous les jours. Les deux seuls mecs qui m'ont commentée, ce sont deux bears à casquette-moustache qui me trouvaient chou.

http://static.fjcdn.com/gifs/Damn+that+s+cute...+Title+says+it+all_bce119_3939944.gif(Il me faut pas grand chose)

 

L'autre chose qui me questionne, c'est cette "drague". Sérieusement, est-ce que ça a DEJA débouché sur quelque chose de concluant (comme un plan à trois)  de suivre une meuf qui vous a préalablement envoyé chier à deux pendant 10 minutes ? Est-ce que des gens se sont mariés et ont vécu heureux ever after après que Monsieur aie demandé à Madame de le sucer en pleine rue? Est-ce qu'un mec croit sincèrement qu'il va arriver à ses fins en disant à une meuf qu'il va la lécher dans un coin? Et-là on sort un peu du domaine de la rue-que se passe-t-il dans la tête d'un blaireau qui met du GHB dans un verre? Le gars qui fait ça a une estime de lui-même tellement merdique au point de se dire qu'à part les cadavres et les comateuses, il n'aura jamais aucun moyen de pécho?

 Plus que "faire connaissance" ou avoir potentiellement accès à du sexe, ces mecs cherchent avant tout à établir leur domination. Quand ils se permettent de commenter le physique d'une meuf, ou de lui balancer des obscénités, c'est une façon alternative de pisser par terre pour marquer son territoire. La preuve, la majorité des mecs se réjouissent de mettre les femmes mal à l'aise dans ces cas de figure. De les voir partir en courant et baisser la tête. De pouvoir les insulter si elles n'ont pas répondu à l'honneur qui leur est fait d'être validée par un Porteur de Phallus. Des clébards qui se reniflent le cul sont plus civilisés.

Autre preuve, pour se débarasser de ces connards, suffit de leur agiter une autre paire de couilles sous le pif.

Quoique. Ca ne marche pas toujours. Il y aura toujours le gros chieur qui te rétorquera "mais c'est pas grave, j'suis pas jaloux mouarf mouarf". Il y a celui qui pense que tu lui mens. Dans ce cas, pose-toi les bonnes questions Neuneu: si une femme te dit qu'elle a un mec/ou va jusqu'à monter un char et t'affirmer qu'elle a un copain, c'est qu'elle ne veut pas de toi hein. Tu préfères qu'on te fasse de la peine ou qu'on te mente? (Ou un coup-de-tête-balayette, mais ça c'est ma touche perso parce que je suis taquine)

Et pour les lesbiennes, c'est pire.

Pour en revenir au harcèlement de rue, il ne se traduit pas que par de la "drague". Je pense que le terme peut également regrouper la violence gratuite sans finalité sexuelle. Un exemple: des mecs en bagnole vers Clichy, donc sur une grande avenue, qui prennent tout de même le temps de me gueuler par la fenêtre "eh toi avec les cheveux roses, je te nique ta mère j'te baise" (sic) sachant pertinemment que notre petit groupe sur le trottoir ne pouvait pas les poursuivre. Bon. Quel est le but?

http://freethoughtblogs.com/crommunist/files/2012/05/WTFWWY1.gif

Autre exemple (j'en ai plein ma musette). On rentre de concert avec le Gang, à Mantes, vers 2h du mat. A un passage piéton, une bagnole pleine de mecs fait mine de nous écraser -ce qui est HILARANT-Evidemment, je leur fais un doigt, j'ai droit aux habituels "salopes" et compagnie, passage piéton suivant, la voiture s'arrête, nous bloquant sciemment le passage, deux commencent à sortir de la caisse en nous invectivant avec toujours autant d'élégance-et me demandent plus particulièrement pourquoi je leur ai fait un doigt. Réponse (pleine de bon sens): ben apprends à conduire. Les mecs continuent de nous insulter et nous, on recule pas, on baisse pas la tête, on cherche à contourner la caisse, le conducteur fait marche arrière pour nous bloquer le passage (les gens n'ont vraiment RIEN D AUTRE A FOUTRE) donc à un moment on envisage de monter directement sur le capot. Ils se sont barrés, parce qu'on n'avait pas peur d'eux. Et des petits vieux nous ont sorti "pourquoi vous avez pas des hommes avec vous?" après avoir assisté à la scène SANS BOUGER de leurs chaises en plastique. C'est tellement admis que des femmes dans la rue, surtout la nuit, vont se faire systématiquement emmerder que personne ne se demande POURQUOI emmerder les femmes. Pourquoi un clodo bourré  va choisir d'insulter précisément trois meufs et leur montrer sa bite (pas de chance, avec Leader on s'est retournées et on est allées se planter devant lui, il a fini par lâcher l'affaire au bout de trois tentatives, et le gérant du troquet est intervenu et nous a fait "c'est bon, allez-y" genre j'ai sécurisé le périmètre, alors qu'on envisageait de lui filer des coups de latte-au clodo)

POURQUOI c'est si tristement banal? Pourquoi j'ai autant d'anecdotes par devers moi, comme beaucoup beaucoup d'autres femmes?

Je n'ai pas la réponse (ou plutôt si mais ça va être affreusement long et très vulgaire parce que ça m'énerve)

De même, j'ai l'impression que le harcèlement envers les trans', les gays, les lesbiennes, et en règle générale touTEs celles et ceux qui ne rentrent pas dans "la norme" est une façon de faire payer à une meuf le fait de ne pas être "féminine" (quand elle l'est, on la siffle et on la glue, mais c'est pas pareil voyez-vous, c'est un hommââââge-Fous-toi le dans le cul, ton hommage), à un mec de pas être "viril", et aux meufs et aux mecs trans d'exister. De là, on peut être intrusif et chiant avec eux, parce que ce ne sont pas de vraies personnes.

Depuis quelques temps, on assiste à de nombreuses initiatives d'inversions des rôles-principalement en vidéo. J'ai quelques réserves là-dessus. Je ne nie pas l'importance ni la pertinence de la démarche, mais l'ennui: ceux qui harcèlent, et ceux-qui-ne-harcèlent-pas-faudrait-voir-à-pas-mélanger-les-tampons-et-les-serviettes-siouplé mais qui minimisent (forcément, ils ne subissent pas, donc ça n'existe pas, CQFD) ne vont pas se réveiller subitement un beau matin, enfiler un slip et prendre conscience du harcèlement de rue. Tant il est admis que les hommes hétéros aimeraient bien se faire draguer/siffler/valider/aborder/suivre par des femmes. Il faudrait, pour que cela soit véritablement efficace, les mettre en scène en train de se faire emmerder par des femmes qui ne leur plaisent pas, ou par des hommes-mais des hommes physiquement impressionnants, qu'ils se sentent menacés, pour bien saisir toute la mesure de la chose.

Qu'une meuf qui te dégoûte te suive et t'insulte Garçon, te dise que vue ta mocheté tu devrais t'estimer heureux qu'on te fasse l'honneur de vouloir te tringler. Que des mecs sortis de Cruising(2)  te touchent dans le métro et que t'as pas à te plaindre, t'avais qu'à pas mettre ce jean moulax.

http://31.media.tumblr.com/935e6bf25b8d4a76f7f5ed1301541ffe/tumblr_inline_n0tcinF6kC1qbygev.gif

 

 Y'a que ça qu'ils comprennent.

De nombreux sites et tumblr compilent les expériences de femmes (principalement), donnent des conseils pratiques et des infos. Et pendant ce temps, des connards continuent de minimiser, de nier, et de cracher à la gueule de toutes celles et ceux qui ont témoigné. Comment expliquer que l'on se souvienne aussi bien de ces agressions? Pourquoi, si ce n'est rien, ou une fatalité avec laquelle il faudrait composer, est-ce si traumatique? Si je te claque le beignet et que je te dis de composer avec ça, qu'après tout c'est pas comme si je t'avais arraché un membre ou tiré dessus, et puis que tu n'as pas de marques de toutes façons, tu réagis comment? Tu l'acceptes?

"Mais une torgnole c'est pas pareil qu'un compliment!"Objecteras-tu. Mais en quelle langue faut-il te le dire QU ON EN VEUT PAS DE TES COMPLIMENTS quand on est dans l'espace public?

Ton avis sur mon apparence:

http://storystrings.files.wordpress.com/2013/06/i-dont-care.gif?w=584

Un jour, en train, seule dans le wagon avec un mec en rentrant à Mantes, le gars s'approche de moi et me dit "t'es belle" je tourne la tête, exaspérée, il insiste "on te l'a jamais dit que t'étais belle?" J'ai pris mes cliques et mes claques et je me suis barrée vers la sortie, en lui foutant incidemment des coups de cabas Auchan au passage (je suis vieille, laissez-moi tranquille). Je rentrais de Paname où je venais de dire au revoir à un pote qui partait pour un an, voire plus, j'étais fatiguée de trimballer des sacs depuis la veille, ça se voyait sur mon museau que j'étais pas au meilleur de ma forme, mais rien à foutre, j'étais là, en jupe qui plus est, ça justifiait qu'on vienne me faire chier.

Soyons clair: on n'en a rien à foutre qu'un mec qu'on ne connaît pas vienne nous dispenser un avis qu'on ne lui a pas demandé sur notre physique. Si la meuf que tu zyeutes depuis 20 minutes ne te calcule pas, c'est qu'elle accorde autant d'importance à ton existence qu'à celle d'un sac d'aspirateur. Franchement, si je suis manifestement claquée/déprimée/malade/autre, ou si je suis dans les transports en commun ou dans la rue pour aller d'un point A à un point B dans un but bien précis,  Mads Mikkelsen peut débarquer et me dire qu'il me trouve plus bonne que la plus bonne de tes copines une vraie biatch des magazines, je lui dirais comme aux autres d'aller bien se faire lustrer le derche.  

http://2.bp.blogspot.com/-k1cRxm3fFkM/UinWKM5bu_I/AAAAAAAAPPI/ycITIedpoCs/s1600/hQKxBsV.gif

 

 Venons-en, au physique, tiens. Souvent, l'un des arguments (à la mord-moi-le-noeud) des mecs qui produisent assez de Male Tears pour remedier à la sécheresse au Soudan quand on parle de harcèlement, juste après le "moi MOI MOI j'suis pas comme ça j'suis un mec bien", et le "ouais mais vous avez qu'à pas vous habiller comme des putes", c'est le "hin bande de radasses frivoles, si c'était [insérez ici le sex-symbol de votre choix] qui vous abordait, vous feriez des hihihihi houhouhou et vous arrêteriez immédiatement de rouspéter". Alors déjà: NON (cf brillant exemple ci-dessus+ la non-hétérosexualité d'un bon nombre de femmes) et ensuite, pourquoi on devrait accepter TOUT ce qui vient de TOUS les hommes sans exception? Quand vous abordez une femme,c 'est d'abord pour son physique non? Parce qu'elle vous plait. Donc acceptez le fait que vous ne nous plaisez pas obligatoirement. Et que non, on ne vous doit aucun merci non plus.  De toutes façons la question n'est pas là. La question c'est: pourquoi l'espace public devient un espace de jeu (voir de chasse) pour les uns quand il est source d'angoisse pour les autres.

Là je prends conscience de l'ironie du titre parce que c'est vraiment très long (désolée) Mais ne partez pas tout de suite. J'aimerais aussi évoquer les initiatives. Par exemple, l'autodéfense. Je trouve ça très bien la non-mixité dans certaines circonstances, mais pour l'autodéfense...désolée mais comme y'a peu de chance qu'une meuf qui fait à peu près ma taille et mon poids, voire moins, me tombe sur le groin, je pense qu'il serait préférable d'accepter les mecs, pour savoir où et comment leur faire vraiment mal. Le "vise les couilles", c'est pas forcément évident à mettre à pratique dans la mesure où c'est la première partie qu'ils vont protéger. D'où la nécessité de s'entraîner avec des hommes.

http://24.media.tumblr.com/d40cbc6f97d2abd6e0ca9cc5a67f559a/tumblr_n3ilxdE15d1s4ul6io1_500.gif

 C'est gentil d'essayer de me rassurer, Docteur Lecter.

 Et puis des mecs gays et trans aimeraient aussi pouvoir se défendre, s'ils n'ont pas eu accès à des apprentissages de ce genre. Et puis on fait comment face à plusieurs gars? J'ai pratiqué la boxe française, je sais mettre un uppercut,  je sais compenser la faiblesse de mes bras et de mes poignets avec mes pieds. Mais plusieurs mecs, je fais comment? Pas de méprise, je trouve ça très bien qu'on apprenne aux femmes à retirer la main sur leurs fesses et à gueuler. C'est utile, et ça marche, c'est prouvé (les agresseurs ne s'attendent pas à ça) Mais sur le long terme, si les mecs savaient qu'une main au cul=doigts pétés un par un, ou qu'un frottement intempestif=nez fracturé, qu'un sifflement=dents au fond du larynx, ils réfléchiraient à deux fois avant de le faire. Je sais: pour que la légitime défense soit prise en compte, il faut une réponse équivalente (en gros, si quelqu'un vous gifle et que vous lui collez une balle de 6-35 entre les deux yeux, c'est disproportionné) Mais là, il s'agit d'inverser le rapport de force. De dissuader.

Je lis souvent aussi que les femmes ne doivent plus avoir peur, s'armer et patater tous ces connards. Ne surtout pas se "complaire" dans leur statut de victime (c'est vrai que c'est si complaisant, on aurait presque envie d'y passer l'hiver tellement c'est confortable...) Ouais. Sauf que: tout le monde n'a pas les mêmes capacités physiques. Et tout le monde peut être tétanisé-e quand il/elle est pris-e par surprise. Tout le monde ne réagit pas de la même façon. Et blamer les femmes qui témoignent, qui ont flippé, qui dorment plus, ça revient à leur dire "t'avais qu'à te défendre". Sous-entendu: "tu l'as bien cherché". Les femmes incapables de se défendre pour X raisons, on leur en rajoute une couche, et puis on leur pisse un peu dessus aussi tiens, pour bien leur faire honte de leur faiblesse?

Et puis s'armer, facile à dire. Une meuf blanche avec une gazeuse ou une matraque télescopique ou un taser, on ne la fera pas chier, on saura que c'est pour se défendre. Une meuf non-blanche avec des armes de catégorie 6 sur elle, dans le meilleur des cas elle finit en GAV. Parce que les non-blanches ne se font pas agresser enfin voyons  (3)(donc si elles sont armées c'est forcément parce qu'elles traficotent avec d'autres malotrus de leur engence, et leurs armes sont destinées à aggresser les honnêtes gens) On m'a déjà dit "si tu sors une arme, le gars en face, ça va encore plus l'énerver, et il voudra te faire encore plus mal, pour te punir". Cela se basant sur la même théorie (merdique) du "si une femme se fait harceler verbalement et/ou physiquement dans un lieu public, ça ne sert à rien d'intervenir, ça ne va qu'envenimer la situation". Assumez votre peur de prendre des coups, c'est humain, bordel. Mais ne vous cachez pas derrière des prétextes qui sentent le moisi à dix kilomètres.

Paradoxalement, je suis beaucoup plus détendue dans l'espace public, depuis quelques temps. Certes je bouge beaucoup moins, mais j'ai arrêté d'avoir peur. Je ne sais pas trop si le texte de Gaëlle-Marie Zimmermann suite à l'agression de Jack Parker(4) a produit un déclic; toujours est-il que j'ai pris le train en mini robe Batman (robe ayant une fâcheuse tendance à remonter), une autre fois avec un décolleté très décolleté, et rien. Je dois avoir l'air suffisement patibulaire pour qu'on me foute la paix. Ce doit être écrit sur ma poire que je hais viscéralement cette impunité totale dont jouissent les casse-breloques.

http://31.media.tumblr.com/7251ad33633af874bc831fb1e5fa3716/tumblr_mlete7qUGg1rjjsbco1_250.gif

 

 Ce n'est plus seulement quand je porte mon Bat-Blouson. Et putain ça fait du bien. Peut-être à force de lire tous ces témoignages, cette négation, cet ensemble de choses ajouté à mes sales expériences, maintenant, je n'ai plus peur. Je n'ai pas envie d'expliquer pendant trois heures POURQUOI je ne suis pas flattée et POURQUOI c'est du harcèlement. J'ai juste envie de faire sauter des plombages et de péter des rotules. A chaque fois que je vois un potentiel emmerdeur, il est celui qui va payer pour tous les autres, rien à foutre des conséquences (de toutes façons la plupart des hommes qui agressent et harcèlent n'admettront pas s'être faits dérouiller par une gonzesse) Je sais que je ne resterai pas plantée comme un poireau la prochaine fois qu'on me reprochera ma tenue vestimentaire. Je foutrai le feu aux vêtements de l'intéressé-e. Ben oui, si tu voulais pas te faire cramer, fallait pas mettre des habits inflammables-c'est du synthétique ça? Je crois que j'ai dépassé le stade de la peur: trop de colère et de frustration accumulées. Trop d'envie de faire très mal, assez mal pour qu'ils ne recommencent pas. Je m'entraîne à latter avec des talons compensés (ça écrase bien), avec des talons aiguille, avec des baskets, avec des ballerines. En jupe, en short, en jean. Et puis j'ai un avantage sur mes infortunées congénères: personne ne s'assoit à côté de moi (couleur à forte connotation délinquante oblige) dans les transports (ou assez rarement) quand il y a de la place ailleurs. (surtout les vieux) Du coup j'occupe l'espace, comme font les hommes. Je m'asseois les pattes écartées, je me répands, je croise pas les jambes. Si je suis en robe ou en jupe, je ne tire pas pendant des plombes sur mes fringues. Et le gars qui m'a souri d'un air sale en face de moi s'est barré quand j'ai commencé à cogner sous son siège avec mon pied. Quand des mecs m'interpellent c'est écrit sur ma tronche qu'ils me dégoûtent. Ca fait peur? C'est pas raccord avec le vivre-ensemble? Ce n'est pas ce que doit être la vie en société?

Eh, la société, j'ai un scoop pour toi: c'est CE QUE TU AS FAIT DE MOI.

http://img2.wikia.nocookie.net/__cb20121001055024/glee/images/c/c7/Salemevillaugh.gif

 

 Bisous

 

 

 

 

 

 

 

(1) Lire à ce sujet: L'éternel détournement de Dolorès Haze par Sohkna Fall (il était disponible en intégralité mais sur le site du Nid, et j'ai pas envie de linker des putophobes) trouvable sur plusieurs autres sites, dont un sur les violences sexuelles, mais plus moyen de le retrouver. Enfin bref, si vous tapez ça, vous le trouvez sans trop de difficultés, et puis faut qu'on vous tienne le zizi?

http://i.imgur.com/sTNB6.jpg

(2) Les mecs hétéros-sexistes ont une peur panique des hommes gays qui d'après eux "veulent leur faire les fesses". Tous. Sans exception.

http://media.tumblr.com/tumblr_m4vjf8KbOk1qj3ir1.gif

(3) J'avais échangé avec ValérieCG sur le sujet (c'est moi la femme noire du mail-CELEBRITE DE L INTERNET) que j'avais déjà brièvement évoqué ici 

(4) Je l'avais cité dans un article, mais plus moyen de linker (ni d'aller sur) A contrario. Je suis tristesse.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ficus
commenter cet article

commentaires

Rosa 21/05/2014 10:45

Le passage concernant la combinaison minorobe + air patibulaire est, à mon sens, significatif.
Les moments où je me suis fait le plus emmerder dans la rue, ce n'était pas quand je m'étais faite jolie - bien au contraire. On met une parka pourrie et des baskets boueuses, et c'est pourtant là
qu'on se fait harceler de la façon la plus répétitive. J'en ai conclu que la raison première est qu'en voulant échapper au regard de ces gros lourdauds, on leur confirme leur domination - ce qui
les motive à vouloir nous écraser davantage.

Il me semble -par ailleurs- qu'il faut répandre la réflexion sur une réponse qui paraît toute anecdotique mais qui fait bien plus de mal qu'elle n'en a l'air.
A cette fameuse question, qui arrive juste après le "Mademoiselle, t'es bonne/sublime/ravissante/je veux t'épouser/te niquer/autres pâtisseries verbales, le fameux "t'as un copain ?" : on dit oui,
pour se débarrasser.
Mais on nous rétorque aussitôt, "une prochaine fois alors".

Il aurait fallu répondre non. Non, je n'ai pas de petit-e ami-e, et pour autant avec toi, c'est mort. Et même si j'avais quelqu'un, je ne lui appartiendrai jamais. Je ne suis pas la chose d'un
autre homme, et je ne serai pas la tienne. Si l'on apprenait à répondre non, à ne pas faire semblant que notre pote barbu, là-bas, est notre mec, ce serait déjà une grande avancée sinon dans ce
foutu rapport de force, au moins dans l'idée que nous avons de nous-mêmes - nous ne verrions plus nous-mêmes comme des proies.

Ficus 23/05/2014 21:39



Tout à fait, je me suis déjà fait emmerder en allant acheter des clopes en bas de chez moi (par des vieux en plus, donc le cliché "jeunes racailles à l'affût" on repassera) avec un jean sale et
un gilet en pilou, et je suis loin d'être la seule dans ce cas. Enfin disons que quand on est un peu apprêtée, ça leur donne l'excuse (foireuse) du "ouais mais si tu t'habilles comme ça c'est
parce que tu cherches quelque chose", et que si on l'est pas, le simple fait d'être une femme suffit à justifier les agressions. Pour ce qui concerne le "j'ai quelqu'un", je crois surtout que ça
rassure l'emmerdeur basique ("bon si elle accepte pas mes avances c'est qu'elle est déjà prise mais si elle l'était pas, j'aurais mes chances") aussi dire explicitement "non je veux pas de toi"
sans préciser sa situation amoureuse (après tout, ça les regarde pas) ça les désarçonne et, effectivement, ça permet d'inverser ce rapport de force. Après faut gérer les insultes, mais c'est vrai
que de dire "non tu me plais pas" et donc, faire comme eux, c'est à dire juger le physique (comme ils le font avec les femmes) ça les fait bien chier et ça les met dans une position désagréable.
Faudrait banaliser ce réflexe, mais comme toujours, plus facile à dire qu'à faire :/



Vanessa 19/05/2014 16:56

Très bon article, plein de justesses !
mais vous avez entendu parler du projet de pénalisation des clients de prostituées ?…c'est la prochaine bombe à retardement !
si la mesure est adopté par les psychopates qui nous gouvernent, ce que vous avez connu en terme de harcellement est RIEN par rapport ce qui nous attend !!!!!

Ficus 20/05/2014 00:09



Merci, contente que ça vous ait plu.


Oui j'en ai entendu parler: d'ailleurs si le sujet vous intéresse, voici un très bon texte de Crêpe Georgette: http://www.crepegeorgette.com/2013/09/27/pourquoi-la-penalisation-du-client-de-prostituees-est-une-mauvaise-idee/


Si vous avez lu cet article sur mon blog: Pourquoi vous ne trouverez rien (ou presque) sur les putes, vous vous doutez que je suis plus que dubitative sur cette loi. Mais non, je ne crois pas
qu'on sera encore plus emmerdées si cette loi passe. Si elle passe, les plus emmerdées seront les putes. (elles et ils le sont déjà d'ailleurs). Les putes ne sont pas un réceptacle sacrificiel
pour empêcher les femmes "respectables" d'être violées et/ou agressées. Tous les harceleurs/agresseurs/violeurs ne sont pas clients. Ce serait même plutôt l'inverse, puisque le harcèlement
de rue se base sur le postulat selon lequel une femme est forcément accessible dans l'espace public et doit à l'homme un sourire, le droit de se faire siffler ou peloter GRATUITEMENT, uniquement
parce que c'est une femme. Ce genre de mecs méprise les putes, pour eux, payer pour du sexe=échec, puisque femme=déjà à sa disposition. Et tous les hommes ne sont pas clients et/ou violeurs
ou agresseurs: si cette loi passe, la rue ne va pas subitement être envahie par des hordes d'hommes en rut cherchant à assouvir leurs besoins. Je vous renvoie à ce texte de Morgane Merteuil:
http://www.lexpress.fr/actualite/manifeste-des-343-salauds-l-abjection-n-a-plus-de-limites_1295514.html 


Bonne lecture!