Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 février 2014 6 08 /02 /février /2014 16:28

Comme vous le savez, je partage avec mes corréligionnaires féminazies-misandres-gôchiss-malpropres un déficit certain d'humour. Contribuant par ma propension mesquine à la dictature du politiquement-correct-on-peupuriendire, j'ai décidé d'y remédier en me lançant, moi aussi, dans la blagounette de bon aloi. PrêtEs?

Comment on fait couiner deux fois un mec hétéro?

1) En lui mettant un doigt dans le cul et 2) en s'essuyant sur ses affaires.

http://www.he-manreviewed.com/wp-content/uploads/2012/07/2-Sexy-Laugh-Gif1.gif

 

C'est quoi la différence entre un mec hétéro et une lunette de chiotte?

La lunette de chiotte t'emmerde pas après que tu te sois assise dessus.

http://31.media.tumblr.com/tumblr_lvq9brKAnA1r4ghkoo1_500.gif

Jean-Edouard des Hommen et Philibert de la Manif pour Tous sont dans une voiture. Qui conduit?

La police.

http://media.tumblr.com/tumblr_lq2pmk39oS1qht847.gif

 

Un Breton et un Corse tombent d'un immeuble. Qui touche le sol en premier?

On s'en fout!

http://www.hellyeahfnwrite.com/wp-content/uploads/2013/09/Bill-Cosby-Laugh-GIF.gif

 

Une Belge, une Allemande et Une Française sont dans un avion. Comme il commence à piquer du nez, on suggère aux passagères d'alléger l'appareil en larguant des trucs en soute. La Belge jette un kilo de frites: "pas grave, j'en ai plein dans mon pays!". L'Allemande se déleste d'un kilo de saucisses: "pas grave, j'en ai plein dans mon pays!". La Française attrape un mec blanc cis hétéro et le balance: "pas grave, j'en ai plein dans mon pays!"

http://31.media.tumblr.com/tumblr_lnj2achEq01qbs9moo1_500.gif

 

 Ben quoi, ça vous fait pas rire? C'est pas drôle? C'est offensant? La vache, vous avez vraiment aucun humour. On peut plus rien dire. Alors parce que c'est pas politiquement correct, tout d'suite, vous montez sur vos grands chevaux? Ca y est on peut plus rire de tout? Vous ne vous délectez pas de mon iconoclastie?

Pourtant vous devriez.

Parce que s'en prendre aux dominants, c'est pas exactement courant dans l'humour contemporain. Aujourd'hui, on ne rit plus des puissants avec les faibles, on rit des faibles avec les puissants. C'est pour cette raison que de fait, on vide l'humour de sa fonction première de transgression.  

L'humour est lié au contexte: si par exemple, je moque not'bon roi Louis-Philippe comme Philipon en son temps, je ne risque strictement rien, je ne fais pas acte de subversion. Ca ne fera rire personne-à part mes collègues chercheurSES qui sont des gens un peu névrosés-c'est hors-contexte.

Bien sûr l'humour peut prendre moult formes, pas forcément contextuelles, mais c'est celle, tu t'en doutes, que j'ai choisie d'étudier aujourd'hui, pour des raisons évidentes. (actu-tout-ça)

Ce qui me gave, c'est ce besoin ressenti par des gens appartenant au groupe dominant de défendre à tout prix le Rire, et peu importe s'il est raciste, sexiste, homophobe, transphobe, antisémite, islamophobe. Comme si, d'une part, le sacro-saint Rire était en danger chaque fois que quelqu'un se sentant légitimement offensé ouvre sa gueule, et, d'autre part, comme si la sauvegarde du Rire impliquait forcément d'accepter le racisme, l'homophobie, le sexisme, la transphobie, l'antisémitisme, l'islamophobie. Comme un genre de fatalité inhérente au Rire. En gros: si on commence à censurer à tout va, à ne pas "laisser passer" certaines choses, on ne rira plus jamais. C'est tout l'un ou tout l'autre.

Sauf que: personne n'a arrêté de faire des blagues racistes, sexistes, homophobes, transphobes, antisémites et islamophobes. Dormez tranquilles.

Et puis c'est bizarre, cette revendication: si on ne rit plus des Nègres, des Crouilles, des Bridés, des Romanos, des gonzesses, des chômistes feignasses,des transpédégouines, des HandicapéEs, des Feujs et des Muslims, on va s'emmerder. Posez-vous les bonne questions. Si pour rire vous avez besoin de pouvoir vous foutre de la gueule de groupes de personnes qui s'en prennent DEJA plein la gueule, vous avez un problème.

Ce n'est pas la crainte de se taper uniquement des sketchs moyennement drôles sur la vie quotidienne ou de l'humour "gentil" ou fondé sur l'absurde qui poussent nos défenseurEs autoproclaméEs de l'humour à gueuler qu'on leur censure leur droit élémentaire à se poiler non pas avec, mais aux dépends de; c'est bien la crainte d'un changement de cible: en clair, que ce soient les dominantEs qui soient brocardéEs de façon équivalente. Parce qu'un humour fondé sur la dénonciation par le biais de l'ironie(1) du système de domination intrinsèquement discriminant obligerait les dominantEs à mettre le nez dans leur caca.

Bien sûr des gens se moquent des dominantEs (heureusement). On parle beaucoup du Réquisitoire contre Jean-Marie Le Pen et de la célèbre formule (totalement dévoyée d'ailleurs) mais on oublie souvent le sketch de Luis Rego. Un immigré portugais qui a fui la dictature et le service militaire aux colonies ridiculise le fascisme. Il en fait quelque chose de débile, non pas pour le minimiser, mais pour souligner combien il est dangereux d'accorder du crédit aux idéologies débiles.

Ce n'est pas ce que font nos humoristes distingués. Eux ne font qu'aller dans le sens du vent: ils suivent la tendance de nos spécialistes-philosophes-polémistes-éditorialistes qui, au nom de leur lutte contre le politiquement correct, veulent baver des inepties fondées sur du rien, et saluez donc ce grand courage qu'est le mien, moi qui viens courageusement partout où l'on veut bien me tendre plume ou micro, bravant ainsi la censure droit-de-lhommiste politiquement correcte qui veut m'empêcher de dire la vérité vraie. Ces gens se prenant pour des révolutionnaires, bien contents d'avoir étalé la merde qui leur tient lieu de pensée (tout en couinant qu'on les musèle, sinon c'est pas drôle) au point de la rendre assez commune pour que personne ou presque n'en sentisse les relents (ouais je conjugue toujours comme je veux) ou du moins, au nom de la daimocrassi, ne s'en ébaubisse plus que ça, ont donc ouvert grand la porte aux humoristes en quête de corrosion, de subversion, de poil-a-gratterologie.

Du coup, les humoristes qui se lancent à corps perdu dans l'humour plus que douteux font comme leurs alter-ego "sérieux"(2), c'est-à-dire en appeler avec des chevrotements dans la voix à la daimocrassie, au droit de rire de tout et de tout le monde et puis merde quoi, c'est pour rire, c'est pas bien grave.

Et quand ils ne disent rien, des gens appartenant au groupe dominant se dépêchent de les défendre.

Je m'en vais vous parler du RwandaGate. Il semblerait que le génocide rwandais revienne à la mode. Pas pour une quelconque reconnaissance (hého, des massacres de Noirs ça débarasse et ça fait plaisir c'est pas hyper-important, c'est même d'une banalité affligeante) mais comme objet d'humour parce qu'on doit rire de tout, hein. Et donc de populations massacrées, violées, mutilées, en plus ça tombe bien, le devoir de mémoire envers les Nègres, tout le monde s'en bat la race (blanche). Idem pour les bougnoules, la guerre d'Algérie, Octobre 61, Malik Oussekine, Youssef Khaïf...on va pas commencer à se flageller pour des trucs auxquels on n'a pas participé, et tant pis pour celles et ceux qui en subissent toujours les conséquences. Revenons au Rwanda. Enfin non,  au traitement du génocide rwandais par de talentueux zhumoristes.

Acte 1: Canal+ dans son émission Le Grand débarquement, propose une parodie des émissions "Rendez-vous en Terre Inconnue" et "La Parenthèse Inattendue". Le sketch avait clairement pour but de se moquer de l'ethnocentrisme et de l'égoïsme des Blanc-h-e-s, ainsi que de leur racisme inconscient et intégré, pas du génocide rwandais. Sauf que c'est raté: c'est pas drôle, et irrespectueux. Auraient-ils fait la même chose pour la Shoah? Chanté une comptine "Papa est en haut, il fuit la Gestapo, Maman est en bas, tabassée par des SA"? Auraient-ils, toujours pour faire rire, raconté à quel point c'est difficile de trouver un enfant juif à adopter qui ne soit pas rachitique? Je pense pas non. Et en admettant qu'ils le fassent, on aurait assisté à une levée de boucliers (justifiée). Quelques voix se seraient peut-être élevées, du style "rooooo on peut plus rien dire", et auraient immédiatement été taxées d'antisémitisme primaire et Manuel Valls aurait froncé très fort les sourcils. Sauf que quand une femme rwandaise dit son (légitime) dégoût, les seulEs à froncer très fort les sourcils, ce sont les défenseurEs de l'humour absolu. Oh la la vous faites chier, si on doit tout interdire pour ne pas VOUS blesser, on fera plus rien. Nonobstant qu'un million de morts puisse vous blesser, et en raviver le souvenir vous chagriner, on s'en fout complètement, ce qui prime, c'est notre droit fondamental à vous utiliser pour se marrer. Au passage, vous noterez que ce sont systématiquement des personnes blanches qui donnent des leçons d'humour. Du white splanning ("explication blanche systématique") visant à asseoir un peu plus la domination blanche. C'est à NOUS, les Blanc-h-es de décider ce qui doit faire l'objet de la parodie, de la satire, de la moquerie. Si vous refusez ça, si ça ne vous fait pas rire, si vous ne comprenez pas le second degré (3), vous empiétez sur notre liberté de rire de quelque chose qui ne nous touche pas.

Acte 2: Le délicieux (non) Nicolas Canteloup s'est payé le génocide rwandais. Nouvelles râleries, cette fois du CRAN (ces zhorribles noirs communautaristes empêcheurs de se fendre la margoulette). Réponse de l'intéressé: y'en a marre de devoir s'excuser dès qu'on dit des saloperies, on est humoristes, c'est pour rire. Et de nouveau une personne blanche vient nous expliquer doctement qu'elle veut pouvoir rire de tout tranquille, alors s'il vous plaît ta gueule. Notez que ces personnes ne revendiquent pas le droit de rire ensemble, non elles revendiquent le droit de pouvoir continuer à rire des autres. C'est plus facile de rire de quelque chose qui ne te touche pas, hein.

On prétend défendre l'humour "corrosif", "l'humour noir". Emile Cioran pratiquait-avec génie- l'humour noir, tout comme Ambrose Bierce. Jacques Sternberg était très drôle. Si vous aimez l'humour acerbe, le cynisme, l'ironie, vous y trouverez votre bonheur. En revanche, les amuseurs homologués qui ne font que perpétrer la domination et chouinent pour conserver le droit d'exercer cette domination via leur parole humoristique, ne font preuve d'aucune forme de subversion. Il y a une différence fondamentale entre se moquer des discriminations et se moquer des discriminéEs. Faites le test Louis CK et vous verrez.

A l'inverse, des gens viennent hurler quand on s'en prend aux dominantEs: à mon ancien taf, une meuf avait sorti (en commentaires) "c'est tellement facile de taper sur Marine Le Pen, c'est mesquin", parce que je me foutais ouvertement de son programme. Les mêmes personnes trouvent courageux de taper sur Leonarda, soit sur une jeune fille de 13 ans expulsée et séparée de sa famille. Des gens trouvent ce sketch méchant et raciste. Ils trouvent Gaspard Proust hilarant et se battront pour qu'il puisse continuer à faire des vannes sexistes, racistes et homophobes. Et puis "il tape sur tout le monde, donc on peut pas le taxer de racisme, d'homophobie et de sexisme". Voilà où on en est: un jeune humoriste dans un reportage racontait que quand il faisait une vanne sur les Arabes, il se sentait obligé d'en faire sur d'autres communautés, pour pas avoir de problème et ne pas être taxé de raciste. Si l'on s'en tient à sa théorie, on constate que le fait de se moquer des travers supposés d'une groupe de personnes-groupe défini par son appartenance ethnique-n'est pas du racisme, à condition...de se moquer d'autres groupes de personnes définis par leurs appartenances ethniques...Ca tombe sous le sens.

http://i1261.photobucket.com/albums/ii593/cherokeesam777/1368351841_applause-gif-3_zpsa5ed13e6.gif

 

Et au lieu de se moquer-donc dans notre contexte, en rajouter une couche-toujours des mêmes, on commençait à se moquer des groupes dominants? Pourquoi quand une femme balance un truc sur les hommes, c'est de la misandrie, et quand un homme balance un truc sur les femmes, c'est de l'humour rooo vous les grognasses vous avez vraiment aucun second degré. Pis de toutes façons les femmes sont pas drôles.

Pourquoi quand une personne racisée balance une blague sur les Blancs, on parle de racisme antiblanc odieux et de tribalisme de l'humour, de communautarisme et de banlieues encouragées à flamber, et que quand des Blanc-h-e-s font des blagues sur les racisé-es, on trouve ça hilarant et politiquement incorrect, et qu'on s'offusque de la bêtise et du fanatisme des concerné-e-s, qui bien sûr vont se dépêcher d'hurler (dans le meilleur des cas) ou de faire sauter des bombes partout? (et même quand ils le font pas, on attend vitement leur réaction en pronostiquant la violence intégriste qui ne saurait manquer d'arriver, sachant le manque d'humour de ces gens)

Pourquoi quand on se fout de la gueule des hétéros, on est hétérophobe (et on déteste la famille et on oeuvre à la toute-puissance du djendeur), alors que quand on fait des blagues homophobes et transphobes, on est hilarant et transgressif?

Pourquoi un chroniqueur de l'émission pour fins lettrés "Touche Pas à Mon Poste" se déguise "en Chinois" et que les seules réactions sont des rires gras? 

 

J'en ai marre qu'à chaque fois que l'on ressort des images d'archives d'humour pourrave, on entende le sempiternel: "de nos jours on pourrait plus faire ça, une association vous tomberait tout de suite dessus". Parce que ça vous manque, à vous, les dégueulasseries de Michel Leeb? Vous êtes nostalgiques de la Zoubida? Vous mettez sur le même plan des sketchs qui dénonçaient l'antisémitisme et le racisme en se moquant de l'antisémitisme et du racisme, et des sketchs antisémites et racistes. On pourrait aujourd'hui refaire "Les envahisseurs" ou "Le bistrot" des Inconnus, parce que ça se moque du racisme. Et de toutes façons, on peut toujours faire des choses ignobles de nos jours, puisque même si les associations droit-de-l'hommistes-humouricides-premier-degré-victimisantes s'agitent à la moindre sortie raciste, vous êtes là pour rouspéter qu'onpeupuriendire. 

 

N'ayez crainte, vous pourrez toujours continuer à faire des blagues de merde  et à relayer, sous couvert d'humour, un discours raciste, misogyne, antisémite, islamophobe, homophobe, transphobe, putophobe. Déjà parce que vous ne transgresserez rien du tout (l'incitation à la haine est un délit, mais rares sont celles et ceux qui sont réellement condamné-e-s) puisque vous relaierez un discours majoritaire, et ensuite, parce qu'on vit en démocratie. Et donc, si la démocratie vous permet de dire des saloperies, elle me donne également le droit de ne pas les trouver drôles, et de dire que c'est de la saloperie. Elle me donne le droit de refuser de rire avec vous.

Mais bon, vous perdez rien, à côté de moi Pol Pot est un gai luron.

 

Bisous

http://media.tumblr.com/tumblr_m6f0x20vsD1qcwic6.gif

 

 

 Trucs (chiants) à lire et .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(1) Lisez Lukacs. Oui maintenant je vous donne des devoirs.

(2) Même si parfois on a du mal à les y prendre (au sérieux). (Je m'en lasse pas)

(3) Je vous renvoie vers les articles sur le sujet de Denis Colombi, comme d'hab.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ficus
commenter cet article

commentaires

Nell'K 28/06/2014 00:53

(oui je vais écrire plein de commentaires en une soirée)

Cet article me fait fort du bien, je viens justement de tomber sur une énième immondicité d'un "humouriste trop transgressif du web 2.0 mais attention c'est un troll donc il a le droit d'être
raciste sexiste homophobe transphobe et j'en passe" du nom de Valek qui sévit sur youtube et sur facebook et j'aimerais tellement que le monde entier arrête de faire chier en défendant ce genre de
connards par "gnignigni c'est de l'humour noir c'est toi qui es trop bien-pensante", je te conseille pas d'aller regarder si tu veux garder tes nerfs intacts, mais c'est un exemple parfait de ce
que tu dénonces dans cet article !

Ficus 29/06/2014 00:49



Merci pour tes comms! Ravie que ça te plaise! J'avais entendu parler du Valek il me semble (peut-être que j'irais étudier la chose de plus près, mais de préférence à jeun, j'ai la digestion
capricieuse) Le trollage aussi, et l'excuse que c'est devenue me gonfle bien aussi. Ca mériterait même une analyse un peu plus poussée et spécifique...A voir ;)