Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mai 2014 6 24 /05 /mai /2014 17:53
Salut.
La forme?
Aujourd'hui nous allons causer Block-buster de Super-héros et représentation. PrêtEs?
http://media.tumblr.com/tumblr_mcmvv26cfK1rsw1yf.gif
J'avais déjà abordé le sujet de la représentation des non-blancHEs et plus particulièrement des NoirEs. Ici, il sera plus précisément question d'un genre cinématographique et du support culturel dont il découle.
Round I: Blackgnarok (jeu de mots le plus pourrave de l'histoire du jeu de mot pourrave juste après Blacula. Film nanardo-cool de Blaxploitation)
 http://girlofgeek.files.wordpress.com/2014/05/thor.gif
Souvenez-vous, en 2011, sortait Thor-tout-court, grosse machine patapouf vaguement lyrique et parfaitement inregardable (ou alors avec des lunettes de soleil, les 10 premières minutes de film m'ont aveuglée) et, ça n'a pas loupé, des gens (les gens, ce fléau) se sont mis à gueuler que c'était-pas-dieu(d'Asgard)-possib'-trahison-menterie-caca-boudin car anéfé: Heimdall était joué par Idris Elba. Un Noir joue un Dieu Nordique. SACRILEGE.
http://ionetheurbandaily.files.wordpress.com/2014/02/idris-black-actor-gif.gif?w=500&h=253
(Pardon, j'étais partie essorer ma gaine-culotte)
 Nous apprenions alors qu'un personnage MYTHOLOGIQUE avec des POUVOIRS SURNATURELS dans un monde tout aussi MYTHOLOGIQUE, réinvesti par des scénaristes de COMICS puis utilisé dans UN FILM DE FICTION nuisait à la crédibilité de l'ensemble, s'il n'était pas un grand machin blond au poil soyeux. Evidemment, un autre Dieu nordique (joué par un Australien d'ailleurs mais là bizarrement personne ne chouine) débarqué sur terre au XXIe siècle avec un gros marteau, c'est toutafé crédible, j'veux dire, ça arrive tous les 4 matins, moi-même je ramasse constamment des dieux nordiques sur ma place de parking (si seulement). De plus, que cette personne soit hétéro alors qu'elle vient du Pont le plus gay de l'autre monde...(pardon, ça c'est mon interprétation perso. Reprenons)
http://media.giphy.com/media/YL32RkOXMlo8U/giphy.gif
Thor s'apprêtant à passer Le Bifrost, littéralement, "le Bi gelé". TIENS TIENS TIENS....(toi aussi réécris la légende)
 
 L'argument "crédibilité" est brandi bien haut dès que l'on évoque un personnage joué par un acteur non-blanc, ou le manque de non-blancHes dans une fiction (héroïc fantasy/sci-fi etc). Des dragons, des super-pouvoirs, des morts-vivants, l'oeil-de-Sauron et tout le bordel c'est crédible voyez vous (moi-même tous les 4 matins je passe devant le Mordor, c'est sur ma ligne de bus) , mais des non-blancHes non.
 Ok.
Surtout que contrairement à ce que pensent les défenseurEs de la crédibilité, la mobilité d'un pays à l'autre (et conséquemment, la migration et le multiculturalisme, cette abomination qui donne des sueurs froides à nos crevures-pas-racistes) n'était pas aussi marginale qu'on le pense (1) A les entendre on croirait que mettre des non-blancHes dans ces films et/ou séries fantasy seraient aussi incongru que d'y mettre des téléphones cellulaires ou des Fiat Panda. Les non-blancHEs avaient pas encore été inventéEs, au Moyen-Age/dans l'Antiquité, ce doit être ça.
Kenneth Branagh, le réalisateur de Thor-tout-court, est coutumier du fait: dans son film Beaucoup de bruit pour rien (1993), Don Pedro d'Aragon est joué par Denzel Washington. Et-ô surprise-ça ne change strictement rien à l'histoire ni à la qualité ni à la "crédibilité"de l'oeuvre (la pièce ayant été, comme Hamlet du même Branagh, transposée au XIXe siècle)
Et puisqu'on parle de Shakespeare, pourquoi personne ne trouve rien à redire aux adaptations d'Othello
George Cukor (1947): Othello joué par Ronald Colman, un acteur britannique blanc.
Orson Welles (1952): Othello joué par Orson Welles, un acteur américain blanc.
Stuart Burge (1965): Othello joué par Sir Laurence Olivier, un acteur britannique blanc.
Sergueï Ioutkevitch (1955): Othello joué par Serge Bondartchouk, un acteur soviétique russe blanc.
Joseph Papp (1979): Othello joué par Raul "Gomez de la famille Adams" Julia, un acteur portoricain identifié comme blanc.
Il faut attendre 1981 et le film de Franklin Melton (sorti direct en vidéo, comme celui de Papp) pour qu'Othello soit interprété par un acteur noir, William Marshall.
Entre temps: Franco Zeffirelli (1986) Othello joué par Plàcido Domingo, un acteur et chanteur lyrique espagnol blanc.
Et 1995 pour qu'au cinéma, Othello soit un acteur afro-américain un peu connu: Laurence Fishburn.

 

 
 Othello a été le festival du Blackface pendant tout ce temps, mais là, personne pour s'offusquer.
Dans le cas de Thor, l'un des arguments (hypocrites) étaient: "ouais mais ils ont mis un Noir comme caution-quota, c'est ridicule".
1) Ne vous plaignez pas, il n'a qu'un rôle secondaire. (comme beaucoup d'acteurs non-blancHes dans beaucoup de films.) Vous serez pas traumatiséEs outre-mesure devant le spectacle (scandaleux) d'un non-blanc évoluant au milieu de blancs. 
 2) Même si c'est à des fins mercantiles-attirer le plus de monde possible pour vendre le plus de places de cinéma et de produits dérivés possibles- à un moment, c'est plutôt positif de voir un acteur noir prendre place dans une mythologie blanche. D'inclure les non-blancHes dans les mythes fondateurs occidentaux (les plus représentés), de les faire participer à une histoire commune et également à une histoire ancrée dans la pop-culture qui jusque là ne comptait pas tant de non-blancHes que ça. Et si les gaminEs noirEs qui ont vu Thor jouent à être Heimdall dans leurs jardins, et si pour une fois les non-blancHes ne sont pas spectateurs-trices d'histoires de blancHes mais une (infime, faut pas charrier) partie de cette histoire, je vois pas bien le problème que ça pose. Si vous ne voulez voir que des blancHEs dans un film et vous identifier, vous avez 95% de la production cinématographique mondiale à votre disposition.
3) Kenneth Branagh privilégie avant tout l'acting au sens shakespearien du terme: peut-être qu'il a vu un très bon acteur et non "un acteur noir" en la personne d'Idris Elba, qui plus est bankable.
 
Round 2: Les 4 Fantastiques
Souvenez-vous, en 2005 et 2007, Les 4 Fantastiques ont eu droit eux aussi à leur adaptation ciné. Outre l'exploit d'être moins bons que la série animée de 2006 (avec Namor <3) ces films présentaient l'inconvénient du double casting problématique: Johnny Storm était jusque-là interprété par Chris Evans, désormais connu en tant que Lexomil patriote en collants bleus.
http://static.comicvine.com/uploads/original/11111/111119363/3729765-6731360260-37020.gif
 Tu es chiant sur papier, tu es chiant sur pellicule, le seul moment où tu as été un peu moins chiant c'était dans le cross-over Civil War, mais TU ES UN PUTAIN DE LAXATIF ETOILE (au cas où vous ne l'auriez pas deviné Captain America me fait passablement chier)
 Comme la mode est aux reboots (Spider-Man y a eu droit, les X-men dans une certaine mesure, et chez DC Batman également-grâce estoye rendue, ainsi que Superman-grâce estoye rendue au génie qui a eu l'idée d'embaucher Henry Cavill pour faire de ce film un soft-porn) les Fantastic Four vont également être rebootés en 2015. Et là, horreur, abomination, consternation et larmes de sang: l'interprète de Johnny Storm le pyromane est NOIR.
http://media0.giphy.com/media/IyFBbg97qPN3q/giphy.gif
 Le sémillant Michael B. Jordan, vu dans Chronicles (un autre film de super-héros. En quelque sorte) a été casté aux côtés de Jamie Bell, Miles Teller, Kate Mara et Tony Kebbell.
Autant l'idée d'un Dieu nordique interprété par un Noir, je pouvais-vaguement-comprendre les réactions racistes ("hein mais nan on est pas racistes on est des puristes!" Ben qu'un perso change de couleur ça change pas fondamentalement sa personnalité et son histoire, à moins de considérer que la couleur de peau influe sur le comportement d'une personne, ce qui est une théorie essentialiste foireuse...doooonc...tu auras compris de toi-même) autant un personnage comme La Torche, j'ai beau chercher, je trouve pas.
M'explique.
On peut objecter plein de choses à ce casting-si on en a quelque chose à carrer des 4 Fantastiques et si on aime bien objecter les castings-pour mémoire, les mêmes promptEs à objecter ont copieusement villipendé le choix d'Heath Ledger en Joker et heu...rappelez moi comment ça s'est terminé déjà?
http://img3.wikia.nocookie.net/__cb20120819170338/deadliestfiction/images/9/94/Joker_gif_7.gif
 
 Certes, Jamie "Billy Elliott" Campbell peut sembler incongru en Chose. Mais peut-être ce reboot utilise-t-il justement l'incongruité de son physique comme élément narratif. Certes, Miles Teller, à peine âgé de 27 ans (soit 10 ans de plus que moi-QUI A RICANE DANS LE FOND? QUI???) dans la combinaison de Reed Richards, le chef de la bande, peut dérouter. Là encore, reboot-jeunesse-remember-Baby-Xavier dans X-Mens Origins. Certes encore, parce que je suis pas contrariante, Tony Kebbell peut sembler un peu léger pour endosser le rôle de Fatalis. Mais que La Torche soit noire? ET ALORS?
J'ai lu ça et là que ça niquait complètement la généalogie: Johnny est le frère de Susan "Sue"Storm, la femme invisible. Qu'un frère et une soeur soient respectivement capables d'autocombustion et d'invisibilité, ça ne pose aucun problème de réalisme, (n'effet ça arrive tous les 4 matins, moi-même...mais nous nous égarons)  Nonobstant qu'ils soient de couleur différente, ça c'est inadmissible.
La Logique dans toute sa splendeur.
Au risque de vous décevoir: on peut toutafé être issu d'une même famille et partager un certain nombre de gènes et d'atavismes plus ou moins heureux tout en ayant une couleur différente. J'ai moi-même des demis frère/soeurs blancHEs (que je connais pas) Suffit d'avoir un parent blanc ou un parent noir et le tour est joué. Et on peut toutafé avoir des frères et soeurs non-biologiques de différentes couleurs. Z'avez vu les chiards de la tribu Jolie-Pitt? Bref, il y a plein d'explications rationnelles. Et quand bien même, que cela vous chagrine au nom de la rationalité quand vous laissez obligemment cette même rationalité au placard pour d'autres détails (comme les super-pouvoirs et les surfers extra-terrestres), cela signifie que le problème vient de votre ethno-centrisme et non du film. Le seul reproche que l'on pourrait faire, c'est de n'avoir pas poussé la logique jusqu'au bout et d'avoir choisi une actrice noire pour interpréter Susan Storm. Très étrangement, la non-conformité raciale ne pose aucun problème quand elle est opérée dans l'autre sens.
 
De plus: l'univers Marvel est particulièrement protéiforme. On y revient à la vie en 3 coups de cuiller à pot, on y fait à peu près tout et n'importe quoi, on y voyage dans le temps, l'espace et la Meurthe-et-Moselle (ouais non quand même pas y'a des limites à tout) aussi les personnages racisés ne devraient pas faire l'objet d'autant de levées de boucliers (de Captain America): prenons par exemple la jurisprudence Nick Fury.
http://media3.giphy.com/media/PnwcgZJZ8jdbq/giphy.gif
 Coucou.
 
 A sa première apparition (1963) et pendant un bout de temps, Nick Fury était blanc. Les auteurs d'Ultimate, suite à une blague, en ont fait un personnage noir. (Le personnage à qui on demandait qui il verrait pour son adaptation ciné avait répondu "Samuel L.Jackson") Sachant qu'Ultimate est spécialisé dans les mondes alternatifs et les suite-mais-pas-vraiment (pour aller vite), Nick Fury est tout naturellement devenu noir, et pas seulement à partir de 2011 (première apparition de Nick Fury Jr, ben oui le Nick Fury I est né en 1920, il doit commencer à sucrer les fraises), puisqu'on trouve des récits non-Ultimate antérieurs avec Nick Fury noir. Celui qui a été choisi pour être porté à l'écran dans les films Marvel (même si je préfère sa successeure, Maria Hill, surtout dans les histoires Bendis/Bachalo mais c'est une question de goût et puis surtout on allait pas mettre une gonzesse à la tête du S.H.I.E.L.D dans les films, faut pas déconner, elle est à sa vraie place de tâcheron dévoué dans Avengers) Comme quoi, c'est crédible et possible et respectueux du support d'origine.
Citons également pour le plaisir: Danielle Moonstar, une native-américaine momentanément Valkyrie. (une Indienne chez les Vikings, beurk)  Elisabeth Braddock aka Psylocke, la soeur de Captain Britain, une Anglaise devenue Japonaise (sans doute l'histoire la plus capillotractée des X-men). Northstar (Jean-Paul Baubier aka Véga en français) marié à un Afro-américain, Idie Okwondo (Oya), Sooraya Qadir (Dust), Kamala Khan (Miss Marvel), John Proudstar (Thunderbird) et James Proudstar (Warpath), Sunfire, Surge, Solar, Bishop, Luke Cage, Blade...bref une très grande diversité raciale et sexuelle (on ne compte plus les LGBTQI chez Marvel, sachant que selon les versions, certains personnages hétéros deviennent bi ou gay:
ex 1: dans un arc, Colossus (Piotr Rasputin) est bisexuel et en couple avec Northstar-il se fâche avec Kurt Wagner d'ailleurs, (Nightcrawler/Diablo), sensé représenter la bigoterie catho.
 Ex 2: dans un monde parallèle, Wolverine (moustachu) est en couple avec Hercules.)
La question est donc de savoir pourquoi, en dépit d'un univers aussi riche, on se contente de ne montrer que des personnages blancs (et hétéros) (2) et pourquoi, dès qu'il s'agit d'introduire de la diversité-et faire en sorte que les spectateurs-trices non-blancHEs soient un peu représentéEs-à des fins mercantiles certes m'enfin c'est déjà mieux que rien-les spectateurs-trices blancHEs se sentent léséEs. (S'pas comme si elles/ils avaient moyen de s'identifier dans la majeure partie des productions occidentales pourtant. )
Pourquoi Storm (Ororo Munroe, Tornade), un élément très important du X-universe, se retrouve cantonnée à un rôle plus que secondaire dans les films de la franchise éponyme. Et pourquoi T'challa (Black Panther), un héros très intéressant à plus d'un titre et ex-mari de la prédédente (lisez Schism pour comprendre. Snif) qui devait être adapté en 2014, croupit encore dans la boîte à idées.
Pourquoi nous reboote-t-on jusqu'à plus soif certaines histoires et pas d'autres? Pourquoi l'horrible Spawn de 1997 n'a-t-il pas été rebooté? (Pitiéééééééééé) Et qu'on ne nous sorte pas l'excuse du "c'est pas du Marvel/DC"(3) puisqu' Hellboy (Dark Horse Comics) et sa suite ont cartonné.
Tout comme Blade et ses séquelles, pourtant issu du catalogue Marvel, que personne n'a pensé à rebooter, tiens, quand on nous ressert du Spider-Man alors que les films de Sam Raimi ne datent pas des callendes grecques non plus.
Dans le cas d'une héroïne non-blanche n'en parlons même-pas. Côté DC, on commence tout juste à se remettre de l'affreux Catwoman. Pourquoi, au lieu de nous servir du Superman & Batman dont on a été raisonnablement abreuvéEs (et pourtant, si y'a bien quelqu'unE sur cette planète qui balance son pognon avec enthousiasme à la simple évocation de Batman, c'est moi) ne tente-t-on pas de réhabiliter Catwoman, surtout une Catwoman non-blanche, proche d'Eartha Kitt et de la version Year One (où elle ressemble à Grace Jones)(4)
Quand il s'agit de comics, on s'aperçoit rapidement que le cinéma est à la traîne. Outre le progressisme de Marvel, on assite à une évolution certaine chez DC, considéré (à raison) comme plus à droite: une femme trans dans Batgirl (dont les aventures dans Batman Saga ont été prises en charge par une scénariste, mine de rien, ça change beaucoup de choses, notamment en ce qui concerne le Male Gaze, l'évolution est palpable), Nightrunner dans Batman Inc, etc. Bien que Batwoman n'ait pas eu droit à son mariage. Triste.
 
 Pour en revenir à la question strictement représentative des non-blancHes dans la pop-culture, elle devient problématique dès qu'il s'agit de fantasy. Prenons une série gnangnan-cucul assumée: Once Upon A Time. Etonnament, en dépit d'un récit fondé sur le true-love-ever-after (tu le sens le dégueulis de poils de bisounours?) très traditionnaliste, cette série fait oeuvre d'une certaine intelligence: ainsi, de nombreux-ses figurantEs sont non-blancHes, même dans le Monde des Contes, et pas dans des rôles de larbins, avec des tenues-choucroutes moches de rupins locaux. Si les non-blancHes sont cantonnéEs à des seconds rôles (comme Tamara la fourbasse) il est réjouissant de voir un Lancelot noir, ou une Raiponce et sa famille noirs également. (5)
http://media.melty.fr/article-2123411-ratio193_900-f1395566844/once-upon-a-time-saison-3-episode-14-raiponce.jpg
Comme l'indique le titre de l'article linké sur Lancelot, "des dragons et de la magie, ok, un Lancelot noir, kwouaaa?" C'est, s'il en fallait, la preuve que le blanc est la norme, et que le/la destinataire blancHE, habituéE à ce que tout produit culturel lui soit proposé en fonction de lui/elle, trouve qu'on dénature une légende/un mythe/une histoire en la réécrivant de façon non ethno-centrée.
NB: dans la collection kitshouillerie de conte de fée, je recommande Cinderella (1997) avec Brandy, Whoopi Goldberg et Whitney Houston (RIP)
Une preuve que l'on pense naturellement "blanc" quand il n'y a aucun marqueur racial? Le personnage de Dean Thomas. (Harry Potter) A AUCUN moment dans les livres, sa couleur de peau n'est mentionnée (contrairement à Blaise Zabini, Angelina Johnson et Kingsley Shackelbot-qui dans le film a été transformé en Marabout-Doudou-retour-de-l'être-aimé-sous-24h-envoûtement-par-téléphone. Bien joué) L'auteure JK Rowling a précisé qu'il s'agissait d'un garçon noir car l'équipe castait de jeunes blancs. Don't act.
http://img1.wikia.nocookie.net/__cb20091229030144/harrypotter/images/7/77/Alfie_Enoch_(Dean_Thomas)_HP4_screenshot.JPG
 
 Vous l'aurez compris, quand il s'agit de représentation-et surtout dans les comics-mieux vaut pour l'instant se cantonner aux versions papier. Et afin de finir en beauté, ambiance cannoise oblige, voici un mythe gréco-latin revisité avec des non-blancHes (hérésie) et qui pourtant, est un bon film. Allez comprendre.

 

 
 
 
 
(1) Je fais référence ici à un commentaire d'une historienne que Mirion Malle a reproduit dans ses propres comms, expliquant très bien tout ça, donc oui, vous devez vous fader les comms, mais l'article en lui-même est très bien et pile dans la problématique qui nous préoccupe.
(2) Même quand ils ne le sont pas: Constantine, le héros d'Hellblazer d'Alan Moore-coeur-coeur-bisou est bisexuel, mais dans le film de 2005, il est hétéro.
(3) Spawn est une création de McFarlane pour Image Comics, édité chez Semic en France (qui a édité aussi DC alors hein...) Et c'est un putain de bon comics même si ça part un peu dans tous les sens ces derniers temps. Qui mériterait amplement une adaptation, ne serait-ce que pour faire oublier John Leguizamo en Violator. Et pourtant dieu sait que j'aime cet acteur.
(4) Et ne parlons même pas de Wonder Woman, qui en dehors de sa série et des dessins animés n'a jamais eu droit à rien.
(5) Et puis y'a Mulan aussi <3

Partager cet article

Repost 0
Published by Ficus - dans le cinémaaaaa
commenter cet article

commentaires

Lau 28/05/2014 12:44

Toujours top tes articles cinéma (et foutrement bien informés je savais pas pour WolverinexHercules c'est excellent, et j'étais pas à jour pour DC mais cool que ça évolue... è_è)
Sinon tout ça me fait penser à ce chouette épisode de Boondocks (que je reregarde en ce moment mais j'arrive TOUJOURS pas à me faire un avis dessus) où Huey se fait censurer pour avoir oser faire
de Jésus un noir : https://www.youtube.com/watch?v=-RRof1rIQIo

Ficus 28/05/2014 18:43



Merci