Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juillet 2014 6 26 /07 /juillet /2014 15:05

Aujourd'hui la première partie d'un texte de Robin. Merci à lui <3. 

 

Le placard sans fond… : les 5 première pelures de l’oignon !

 « Comment as-tu fais ton coming-out/Comment es-tu sortiE du placard ? »

Question à côté de laquelle on ne peut pas passer quand on s’identifie comme pédé, gouine ou biE. Encore que pour ces dernierEs la problématique est différente: il suffit de regarder le traitement médiatique réservé à Mika (oui, oui le chanteur arc-en-ciel et petits poneys) : en 2009 il annonce qu’il est bisexuel et en 2012 qu’il est homosexuel; la presse titre alors qu’il fait ENFIN son coming-out, euuuuuuh et sa bisexualité c’était quoi ? Le lubrifiant ? 

http://data2.whicdn.com/images/64734708/large.gif

 

Le coming-out bi lubrifié. Allégorie. 

Bref, je ne suis pas invité pour discuter de l’orientation sexuelle des chanteurs pop (mais ça va sûrement donner des idées à Ficus) (1). LE coming-out, la majuscule est importante pour plein de raisons. Tout d’abord j’ai l’impression de le faire à peu près trois fois par semaine: parce que bon, ça se saurait si une fois que tu l’avais balancé entre la tarte aux pommes et la petite prune de papy pendant le repas familial, le problème était soudainement réglé…

 

Non, on évolue dans une société hétéronormée et patriarcale avec toutes les assignations et intériorisations comportementales et affectives que cela comporte: en gros vous êtes hétéros quoiqu’il arrive jusqu’à ce que le contraire soit prouvé (Faites entrer l’accusé !).

http://retailanddestroy.files.wordpress.com/2011/10/faites-entrer-l-accuse-christophe-hondelatte-arrete-l-emission-de-france-2_reference1.jpg

(pardon)

J’ai une grande nouvelle pour vous: le placard duquel j’essaye vainement de sortir depuis 29 ans est sacrément profond, et je me perds entre le manteau en fourrure miteux de Tatie Danielle et le Jockstrap de Tonton Jacky. Parce que s’il n’y avait que mon bon goût avéré pour les humains qui s’identifient comme garçons/hommes/courgettes/licornes/ (Barrez l’intrus) qui m’obligeait à devoir faire de grandes révélations, je serais la plus heureuse des pédales.

 http://s2.quickmeme.com/img/7a/7a67674c3ce2fbbd94d0f517743050c54e397608e527d831eaacc09683d01057.jpg

Non, il y a des tonnes de choix, envies ou pratiques qui font que nous sommes dans l’obligation de préparer le terrain et vérifier que l’on va pas perdre la moitié de ses potes ou finir sacrifié en guise de digestif lors d’une cousinade. Je vais parler de ce que je connais : pour le moment je comptabilise à mon compteur de serial-outeur 5 commandements moments de grande solitude (je ne vais pas réitérer que je suis pédé : si jusqu’ici vous n’aviez pas pigé cette subtilité, je vous propose de vous arrêter ici et de reprendre demain les neurones en place) :

 http://33.media.tumblr.com/tumblr_m9wjwrpfWZ1qgmv4ao3_500.gif

- La pratique du BDSM :

Bon déjà tu es pédé, « ce n’est pas très sain », « tu vas attraper le sida », « j’ai des images de toi te faisant enculer » (INFO exclusive : la sodomie n’est pas une pratique systématique ni exclusive des relations sexuelles entre homme)… Une fois passées ces petites considérations techniques auxquelles j’ai répondu par une forme d’ultra violence peu commune poliment, je peux me lancer (pour les achever) sur le fait qu’en plus de tout cela j’adooooooooooore les harnais, les slings, me faire attacher, fouetter, psychologiquement dominer, avoir mal et le revendiquer comme une jouissance (c’est généralement le moment où des personnes en blouse blanche vous emmènent au paradis de la morphine et autres opiacés, illes sont rapides les bougres).

A lire: Pervers et Safe: petit guide du sexe BDSM en sécurité par Wendy Delorme (dispo en consultation au local d'Etudions Gayment) 

Non, plus sérieusement, l’homosexualité est dépsychiatrisée chez nous, enfin tant que tu restes dans les clous d’une sexualité traditionnelle acceptée par le grand public,  parce que dire que tu as des pratiques où selon certain-e-s « tu te mets à la merci de l’autre », « tu risques ta santé », « tu as un complexe quelconque », là ça commence à faire vraiment beaucoup.

 

Nota Bene : BDSM n’est pas égal à fétichisme : certes la majorité de mes petits accessoires sont en cuir (désolé pour nos amiEs les bêtes) mais c’est parce que c’est plus confortable. Par contre le fétichisme des pieds, des uniformes etc... ce n’est pas tout à fait pareil, bien que cela peut être lié. Idem, BDSM ne rime pas nécessairement avec pratique uro, scato, fist fucking… En gros, tu déconstruis tout ce que tu as toujours cru et tu poses des questions (en général si elles sont bien posées, les gens arrivent à répondre sans avoir envie de vous laisser moisir sur une croix de saint-andré). 

 

Bientôt la suite!

Bisous

 

 

 

(1) Ficus confirme. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ficus - dans Contribution
commenter cet article

commentaires